Passionnés. Forcément, il faut l'être quand on passe ses journées auprès des mules poitevines ou encore quand on fait le choix de reprendre la ferme familiale dans un coin isolé de Haute-Corrèze. Et puis il y a aussi ceux et celles qui subliment ces produits. On vous emmène à leur rencontre dans les allées de la plus grande ferme du monde.

De belles rencontres, c'est aussi ça le Salon de l'Agriculture. Un moment de grande fierté pour tous les paysans, producteurs qui font le déplacement. Que ce soit pour faire découvrir leurs animaux comme Julian et ses mules poitevines ou encore Louis fier de reprendre la ferme familiale. Ils ont tous en commun de représenter la jeune génération.  

Têtues commes les mules poitevines 

Julian et ses deux mules à la robe magnifique arrivent du haras national du Pin dans l'Orne. Mais ses deux mules poitevines, comme leur nom l'indique, sont nées, elles, dans la Vienne, à Romagne. C'est l'un des fiefs de ses animaux représentant la race mulassière comme les baudets du Poitou. Le croisement d'une jument de trait et d'un âne est une mule. Mais dans le cas des deux animaux de Julian, quand il s'agit d'une jument trait poitevin et d'un baudet du Poitou, on obtient la mule poitevine. Julian reconnait que ces deux là ne lâchent rien, écoutez bien, il l'explique dans ce post Instagram. 

La ferme en cathéter

Origine Corrèze, forcément. Et très fier de mettre en lumière son territoire. Louis représente la cinquième génération d'agriculteurs et l'exploitation porte désormais son prénom. Il prend la suite de Léon, l'ancêtre, l'arrière-arrière grand-père. 

A Champeaux, un petit village de 20 habitants qui domine la vallée de la Dordogne, il a décidé de se lancer dans l'exploitation familiale avec des projets plein la tête.

Et son histoire, celle d'une transmission : il cuisine avec sa grand-mère. Sa production reflète donc ce savoir-faire. Mais c'est Louis Ponty qui en parle le mieux dans ce post. 

Pruneaux 

Qui doute encore des vertus du pruneaux d'Agen ? Mais connaissez-vous ses particularités ? Théophile est une jeune producteur près de Villeneuve-sur-Lot. Il poursuit la tradition familiale. Il détaille ses richesses. La prune d'Ente est séchée dans un four. C'est bon pour le corps et la peau. 

Fou de Millassou

La Confrérie Farcidure Millassou Fortunade nous dévoile le millassou. C'est une spécialité gastronomique du Limousin et, plus particulièrement, corrézienne. Les 27 membres de la confrèrie basée à Sainte-Fortunade, au sud de Tulle, veulent promouvoir la gastronomie locale à base de pomme de terre On vous laisse découvrir la recette avec l'un de ses membres rencontré dans les allées du salon.  

A chacun sa truffe

C'est surprenant mais la truffe se marie avec des ingrédients très variés. Coquille Saint-Jacques, risotto de céleri ou dessert notamment au chocolat, c'est selon les goûts. Le chef charentais Pascal Pressac nous livre ses conseils de cuisine pour sublimer la truffe de Charente forcément. 

A table

Que faire de tous ces beaux produits ? Les cuisiner d'accord, mais les sublimer c'est mieux. Dernière rencontre dans la plus grand ferme de France, Frédéric Coiffé, chef de cuisine justement. Et durant le salon, il est aux fourneaux pour faire connaître aux visiteurs les pépites de Nouvelle-Aquitaine. Et quelle est l'indétrônable ?
La réponse est dans ce post Instagram ⇒

Bonus

Allez, un petit bonus. Savez-vous ce qui distingue la Bazadaise de la Limousine, ou la Parthenaise de la Blonde d'Aquitaine ? Ne cherchez plus, on vous présente ces belles de Nouvelle-Aquitaine.