Après son don pour financer la rénovation des ruines du village martyr, le milliardaire Laurent Dassault présent à Oradour

Parmi les personnalités présentes à la commémoration des 80 ans du massacre d’Oradour-sur-Glane, le petit fils de Marcel Dassault représentait sa famille. La fondation Dassault a déjà promis 1 million d’euros pour la rénovation des ruines.

Sa présence était discrète à côté de celle des présidents français et allemand, mais elle n’avait rien d’anodin. Le milliardaire Laurent Dassault, soixante-dix ans, l’un des héritiers du groupe Dassault, visitait le village martyr pour la première fois : "Jeune, j’étais très sensible à ce drame. J’avais beaucoup d’a priori. Tous ces enfants qui ont été pris et tués, il faut aujourd’hui leur rendre hommage." 

À lire aussi : VIDÉO. L'histoire du massacre d'Oradour : ce qu'il s'est passé le 10 juin 1944

Défendre l’histoire de France

Au-delà d’une expérience humaine, sa présence portait aussi un enjeu financier majeur pour le village martyr. En effet, la Fondation du patrimoine a reçu, le 29 avril dernier, un don d’un million d’euros de la famille du Dassault pour la rénovation des ruines. 

Laurent Dassault explique aujourd’hui cet engagement notamment par son histoire familiale : "Mes parents et mes grands-parents ont fait la guerre et je suis toujours là. Donc, il y a un certain miracle (…). C’est le rôle de tout Français, quel qu’il soit et d’où qu’il vienne, de défendre l’histoire de France et l’honneur de la France."

À lire aussi : Massacre d'Oradour-sur-Glane : histoire d'"une violence méthodiquement appliquée" : le parcours sanglant de la division SS Das Reich

Encore des besoins

En tout, il faudrait cinq millions d’euros pour rénover le village. Laurent Dassault commente aujourd’hui : "On fera en sorte que." Un appel aux dons est par ailleurs toujours ouvert sur le site de la fondation du patrimoine.

En attendant, c’est le centre de la mémoire qui sera rénové en 2025 avec dix-huit mois de travaux pour plus de treize millions d’euros. Cette fois, c’est le conseil départemental de Haute-Vienne qui finance en grande partie le projet. 

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité