Pas de spectacle mais un film sur l'opéra "Rusalka" à Limoges

L'opéra de Dvorak "Rusalka" devait être joué à Limoges fin janvier, début février. Pour s'adapter à la pandémie de Covid, le spectacle fera l'objet d'un film qui sera diffusé sur France Télévisions.

"Rusalka" est l'opéra majeur d'Antonin Dvorak, le plus populaire des opéras tchèques.
"Rusalka" est l'opéra majeur d'Antonin Dvorak, le plus populaire des opéras tchèques. © Klara Beck - Représentation à l'Opéra National du Rhin

Face à l'épidémie de Covid-19, l'Opéra de Limoges fait décidément preuve de créativité. Après les courts-métrages tournés avec le choeur lyrique et diffusés sous forme de série baptisée "Les Vanités" sur la chaîne YouTube de l'Opéra, après le traditionnel concert symphonique de Noël joué sans public et diffusé en direct sur Internet, l'Opéra de Limoges se lance dans un film.

"Rusalka", oeuvre majeure d'Antonin Dvorak, monté en coproduction avec l'Opéra National du Rhin, devait être joué à Limoges du 29 janvier au 2 février 2021. L'épidémie de Covid-19 en a décidé autrement. Mais qu'importe ! Les répétitions ont tout de même débuté comme prévu mi-janvier. Le spectacle va faire l'objet d'un film de 2h pour la télévision, un format hybride entre captation et fiction.

 

Un show filmé en multi-caméras

 

Produit par Oxymore Productions, le film sera tourné entre le 29 janvier et le 6 février à Limoges. Il sera diffusé sur France 3, France 5, France 3 Nouvelle-Aquitaine, NoA, et France 3 Grand Est à des dates encore inconnues.

La répétition générale, qui a lieu ce vendredi 29 janvier en soirée, fera l'objet d'une captation intégrale en multi-caméras (sept caméras au total). Puis des scènes spécifiques seront tournées avec les chanteurs et les musiciens ce week-end et la semaine prochaine. "Lors d'une captation de spectacle, la caméra monte rarement sur scène. Là, il y aura un apport émotionnel en étant au plus près des chanteurs", explique Arnaud Lalanne, le réalisateur.

Deux scènes seront également tournées en extérieur. L'une à côté d'une galerie d'art en centre-ville de Limoges, où le choeur se réunira avant de monter en scène. L'autre, qui n'est pour l'instant pas encore validée, mettrait en scène la soliste qui interprète Rusalka dans l'Aquarium de Limoges. "L'univers de l'eau est très présent dans cet opéra, donc l'Aquarium est intéressant en terme de symbolique", précise Arnaud Lalanne, "La metteure en scène Nicola Raab,  à qui j'ai proposé cette idée, est enthousiasmée. Reste à obtenir les autorisations".

 

Inspiré de "La Petite Sirène" d'Andersen

 

"Rusalka" a été créé  au théâtre national de Prague en 1901. C'est l'avant-dernière oeuvre des dix opéras d'Antonin Dvorak, celui qui rencontrera le plus de succès.

"Rusalka" raconte l'histoire d'une créature aquatique surnaturelle amoureuse d'un prince. Pour vivre cet amour impossible, elle accepte de devenir muette pour être métamorphosée en humaine. Mais le prince, d'abord séduit puis lassé de son mutisme, finit par la délaisser et se tourner vers une autre.
Cette histoire vous rappelle quelque chose ? L'opéra "Rusalka" est en effet inspiré du célèbre conte d'Andersen "La Petite Sirène", mais aussi de l’"Undine" de La Motte-Fouqué.

S'il est l'un des opéras tchèques les plus populaires, "Rusalka" a tardé à se faire connaître en dehors des pays slaves. Ce n’est que dans les années 1980- 1990 qu'il a fait son entrée dans le répertoire des grands opéras.

 

Bande-annonce de "Rusalka" par l'Opéra National du Rhin : 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
culture spectacle vivant opéra musique