"Pour l'instant, je ne peux pas conduire seul" : démarrage compliqué pour le permis à 17 ans

Depuis le 1ᵉʳ janvier 2024, il est possible d'obtenir son permis de conduire dès l'âge de 17 ans. Les auto-écoles se montrent sceptiques : certains professionnels font face à des pénuries d'inspecteurs et s'interrogent sur la maturité des futurs conducteurs. Sans parler des problèmes d'assurance...

Bonne ou mauvaise idée ? Les jeunes de dix-sept ans peuvent passer l'examen du permis de conduire depuis le 1ᵉʳ janvier 2024. Cette réforme avait été annoncée par Elisabeth Borne en juin 2023, surtout à destination des jeunes en zone rurales ou mal desservies.

Les auto-écoles sont toutefois mitigées concernant cet abaissement de l'âge de l'obtention du permis de conduire. "Il y a de la demande, constate Dominique Moreau, gérant des auto-écoles Moreau à Saint-Yrieix-la-Perche et 321 Conduite à Limoges. À Saint-Yrieix, on a beaucoup de jeunes. C'est utile pour eux quand ils doivent suivre des formations ailleurs. La question, c'est de savoir comment ça va s'organiser."

Les auto-écoles que nous avons interrogées ne craignent pas de vague d'inscription, mais attendent de voir comment la situation va évoluer dans les prochains mois. "Il y a beaucoup de frein : le prix du permis, de l'essence, la voiture", liste Alexandre Gourserol, gérant de l'auto-école Gourserol à Limoges.

Pas assez d'inspecteurs

Certains départements, dont la Haute-Vienne, rencontrent déjà des pénuries d'inspecteurs pour passer les examens, ce qui a pour effet de rallonger les délais : "On n’a pas de place de permis avant avril, explique Dominique Moreau. Il y a déjà ceux de 18 ans et plus, en filière normale. S'ajoute à ça, ceux qui vont avoir 17 ans cette année. Et se greffent ceux en conduite accompagnée. Ça fait déjà du monde. Il faudra peut-être attendre la fin de l'année, le temps que la situation se normalise et que toutes ces demandes soient absorbées", anticipe le gérant.

Il faudra peut-être attendre la fin de l'année, le temps que la situation se normalise et que toutes ces demandes soient absorbées.

Dominique Moreau

gérant de l'auto-école Moreau

Des conducteurs trop jeunes ?

D'autres s'interrogent sur la maturité des conducteurs. Les deux écoles, que nous avons contactées, ont enregistré quelques cas de jeunes qui souhaitaient mettre fin à leur conduite accompagnée, une décision que désapprouvent les moniteurs.

Là, ça risque de faire augmenter les risques d'accidents de la route.

Alexandre Gourserol

gérant de l'auto-école Gourserol

"Dix-sept ans, ça me paraît jeune. Ça va dépendre de la maturité des conducteurs. Dans le cadre de la conduite accompagnée, au moins, ça laisse le temps aux jeunes de prendre en expérience. Là, ça risque de faire augmenter les risques d'accidents de la route", craint Alexandre Gourserol. Il aurait également préféré voir cette réforme accompagnée d'autres mesures, notamment concernant la boîte automatique qui ajouterait "plus de sécurité" sur la route et éviterait d'allonger le nombre d'heures d'apprentissage pour les jeunes fâchés avec la boite manuelle : "Ça présenterait également un avantage en termes de coût pour les personnes qui rencontrent des difficultés." 

Comment s'assurer à 17 ans ?

Avoir des conducteurs plus jeunes sur les routes n'est pas sans conséquences du côté des assureurs. Léo a passé son permis de conduite en décembre et n'a toujours pas trouvé d'assurance pour le prendre en charge.

Les assurances ne peuvent pas mettre un véhicule à mon nom.

Léo

un jeune de 17 ans qui vient d'avoir son permis

"J'étais content à l'idée de pouvoir aller où je veux sans que mes parents aient besoin de m'accompagner. Mais là, les assurances ne peuvent pas mettre un véhicule à mon nom. Elles n'ont pas encore eu le temps de s'adapter à la réforme.   , déplore-t-il.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité