“Ne venez pas chez nous, ça va mal se passer” : Marine Tondelier menacée avant sa visite en Lot-et-Garonne

Après les tensions autour des méga-bassines à Sainte-Soline, la chambre d’Agriculture et la Coordination rurale 47 ont fait savoir à la secrétaire nationale d’EELV qu’elle n’est pas la bienvenue en Lot-et-Garonne.

“Vous n'êtes pas la bienvenue, le territoire vous est hostile !” Avant même son arrivée, le décor est planté pour la secrétaire nationale d’Europe Ecologie Les Verts. La visite de Marine Tondelier, prévue mardi et mercredi entre Marmande, Agen et Montesquieu, s’annonce d’ores et déjà perturbée.

"Le mal-être agricole, c'est vous!"

Le communiqué signé ce lundi par Serge Bousquet-Cassagne, président de la chambre d’agriculture, ainsi que Karine Duc et José Perez, co-présidents de la Coordination rurale 47, s’attaque directement à Marine Tondelier avant sa venue en Lot-et-Garonne. “Vous incarnez la racine du mal dont souffrent les agriculteurs, peut-on lire. Le mal-être agricole, c'est vous ! La guerre de l'eau, c'est vous ! Les règles abracadabrantesques, c'est vous !”

Prise à partie, la secrétaire nationale d’EELV est ensuite directement menacée : “Ne venez pas chez nous, ça va mal se passer !” Des propos pris très au sérieux par le parti écologiste. “Ce communiqué est délirant et diffamant, réagit la porte-parole Sophie Bussière.

Nous ne céderons jamais face aux menaces. Elles n’atteindront pas notre détermination pour lutter pour un modèle agricole plus vertueux.”

Sophie Bussière, porte-parole d'EELV 

à rédaction web France 3 Aquitaine

L’écologie et l’agriculture incompatibles ?

Au lendemain des manifestations contre les méga-bassines à Sainte-Soline, Marine Tondelier est accusée d’avoir “semé la violence, la haine et la désolation, là où nos frères Paysans sèment des céréales, du tournesol et font paître leurs animaux”.
Ce à quoi EELV répond : “Nous avons toujours été très clairs. Nous sommes opposés à la construction des méga bassines et leur utilisation pour l’agriculture intensive, mais jamais, nous n’appellerons à la violence.”

Face aux militants qui dénoncent une aberration écologique et la recherche du profit par l’industrie agroalimentaire, les agriculteurs défendent une ressource précieuse pour leur survie, notamment en prévention des périodes de sécheresse. Le partage de l’eau se retrouve ainsi à nouveau au cœur de débats et de tensions, comme il l'a été pour le lac de Caussade. 

Votre idéologie (…) attise une haine que l'on entend gronder au fond de nos campagnes.

La Chambre d’agriculture et la coordination rurale 47

Communiqué

En Lot-et-Garonne, la chambre d’Agriculture et la coordination rurale préviennent : “Votre idéologie ne trouvera pas d'écho auprès de ceux que nous représentons. Pire, en les stigmatisant, les réduisant à n'être que des criminels environnementaux et en déconstruisant la ruralité, elle attise une haine que l'on entend gronder au fond de nos campagnes pour qui sait l'écouter.”

Un face à face inévitable

De son côté, l’équipe de Marine Tondelier l'assure : “l’écologie et les écologistes ont leur place en Lot-et-Garonne. Il y a, dans ce département comme ailleurs, beaucoup de personnes qui souffrent de l'inaction climatique, dont les agriculteurs et leurs terres.”

Pas de quoi chambouler, donc, le programme de la secrétaire nationale d’EELV. Elle se rendra mardi après-midi à Marmande, où la maternité est menacée de fermeture, avant de retrouver dans la soirée à Agen les écologistes du département. Le lendemain, elle ira à Montesquieu pour discuter de LGV et de l’agriculture de demain, à l’occasion d’une table ronde à laquelle le président de la chambre d’Agriculture est également convié. Débats houleux en perspective.