Drones, insectes… : à la découverte de l’agriculture du futur

Au salon de l’agriculture, les start-up ont une place de plus en plus importante. En Nouvelle-Aquitaine, plusieurs entreprises réfléchissent dès aujourd'hui à l’agriculture de demain, avec des idées parfois insolites.

Petits, mais riches en protéines : les vers de ténébrions pourraient bien être l’avenir de l’alimentation. Grégory Louis, fondateur d’Entomo Farm, une start-up basée à Libourne près de Bordeaux, en est en tout cas convaincu, lui qui dit élever des insectes depuis l’âge de 8 ans.

L’espoir de l’entreprise : montrer un jour que déshydratées ou en farine, les larves sont un aliment de choix, et pas seulement pour les animaux.

Mais l’agriculture de demain, ce n’est pas juste avoir des insectes dans votre assiette. C’est aussi des innovations technologiques, comme les drones, qui vont de plus en plus survoler les champs.

L’Ebee par exemple, développé par Airinov, entreprise basée en Poitou-Charente, prend en photo les cultures, de façon à indiquer à l’agriculteur les quantités d’engrais à apporter à son champ de blé ou de colza.

C’est extrêmement écologique, souligne Géraldine Henrion, ingénieure d'affaires pour Airinov. Ça permet d’apporter au bon endroit, au bon moment, la bonne dose, pour la plante.


Pour se développer, les start-up ont besoin d’investisseurs, et donc de levées de fonds. Cela passe parfois par des produits étonnants, comme ces décoctions à base de plantes destinées à faciliter la digestion des chiens et des chats, mises au point par Axioma, installée à Brive-la-Gaillarde.


Le reportage de Marie-Noëlle Missud, Thomas Chapuzot et Thomas Cavan :



L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Nouvelle-Aquitaine
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité