Mouvement de grève à France 3 Languedoc-Roussillon

Régie France 3 Languedoc-Roussillon
Régie France 3 Languedoc-Roussillon

En raison d'un mouvement de grève lancé par les syndicats CGT et FO, l'édition régionale de midi pile et les journaux locaux de France 3 Pays Catalan et France 3 Pays Gardois ne seront pas diffusés ce 2 octobre.

Par Laurence Creusot

Une partie de la station régionale de France 3 Languedoc-Roussillon et des bureaux de Nîmes et Perpignan est en grève. Le mouvement porte sur l'avenir financier du groupe France télévisions.

Les radios et chaînes TV du service public perturbées par une grève

Les programmes de France Inter, France Info, France Culture, France Musique, Fip, France 2, France 3 et France 1ère étaient perturbés mardi matin par un mouvement de grève à France Télévisions et Radio France visant à protester contre les restrictions budgétaires en 2013.

Le syndicat CGT de Radio France et les syndicats CGT et FO de France Télévisions protestent contre les restrictions budgétaires imposées par l'Etat pour 2013.
France Télévisions (France 2, France 3, France 4, France 5 et France Ô), qui est le plus important poste de dotations du secteur, va subir la plus forte baisse.
Le groupe bénéficiera en 2013 de 2,453 milliards d'euros, en baisse de 2,3% par rapport à cette année, selon les chiffres du ministère. La baisse de l'enveloppe est de 85 millions d'euros.

A Radio France la coupe est moindre. Le groupe va bénéficier de 611,7 millions d'euros de ressources publiques, en baisse de 0,5% par rapport à 2012.
Pourtant c'est à Radio France que le mouvement de grève a été le plus "entendu" le matin.
A France Inter, principale radio du groupe Radio France, les programmes matinaux étaient perturbés et l'émission de fin de matinée animée par Frédéric Lopez, "On va tous y passer", a été supprimée, a précisé la direction du groupe.
Les tranches d'information habituelles ont été remplacées par des plages musicales et des messages sont diffusés sur les ondes, exprimant des excuses pour ces perturbations. 
L'antenne de France Info était partiellement perturbée toute la matinée.
A France Bleu, six antennes locales sont affectées: Gard-Lozère, Hérault, Pays de Savoie, pays d'Auvergne, Picardie et Provence, alors que France Bleu national n'est pas touchée par le mouvement.
France Musique est affectée depuis 7H00, Fip entre 7H00 et 13H00 et France Culture partiellement toute la matinée.
 
Sur France Télévisions, la chaîne 1ère Wallis et Futuna était perturbée, alors que l'édition "Télématin" sur France 2 a été réalisée dans des conditions "dégradées", selon Marc Chauvelot, secrétaire général du SNRT-CGT France Télévisions.
Il a précisé que des tournages de téléfilm sont interrompus à Lyon et Bordeaux.
Les éditions d'information régionales et nationale de France 3 devraient être touchées en milieu de journée et en soirée, selon lui.
"On espère que ce mouvement va monter en puissance et faire réfléchir le gouvernement et la tutelle, mais aussi Rémy Pflimlin (PDG de France Télévisions), qui n'a pas les moyens de sa politique", a déclaré M. Chauvelot.
Les syndicats de France Télévisions craignent que la réduction des dotations, plombée par un retard dans les recettes publicitaires d'une soixantaine de millions d'euros en 2012, entraînent un "plan social".

M. Pflimlin, qui refuse d'utiliser le terme de "plan social", a toutefois prévenu ses 10.000 salariés qu'il pourrait aller plus loin que la réduction des effectifs
de 5% prévue pour la période 2011-2015 dans le cadre du contrat d'objectifs et de moyens (COM) signé en 2011 entre France Télévisions et l'Etat actionnaire. La CGT France Télévisions représente 37% des salariés, la CFDT 20%, le SNJ 11% et FO 10%.

Les directions de Radio France et France Télévisions communiqueront sur le taux des grévistes en milieu de journée, mais précisent qu'il suffit d'un gréviste pour perturber les programmes.
Un précédent mouvement de grève intervenu le 21 septembre à Radio France contre le redéploiement de techniciens en province avait fortement perturbé les programmes. Or 19 personnes avaient fait grève sur un effectif global d'environ 400 personnes.

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus