Cet article date de plus de 8 ans

Polémique autour de la programmation d'un meeting "Palestine vaincra" à l'Université Toulouse-Le Mirail

L'organisation à l'Université du Mirail d'un meeting "Palestine vaincra" en présence d'un représentant du Front Populaire de Libération de la Palestine fait polémique
Organisé par le collectif  "Coup pour coup 31" et programmé le 8 décembre dans l'amphi 9 de l'Université du Mirail, le meeting "Palestine vaincra" est censé accueillir Abu Sami, représentant du FPLP, le Front Populaire de Libération de la Palestine. Des affiches annoncent la manifestation sur le campus. Du coup, les "Jeunes populaires" de l'UMP s'indignent de la présence annoncée à l'Université du FPLP, "placé sur la liste officielle des organisations terroristes du Canada, des Etats-Unis d'Amérique et de l'Union européenne". Les "Jeunes populaires" demandent donc "solennellement" au président de l'Université, Jean-Michel Minovez, l'annulation du meeting. 
"Nous nous indignons", rétorque le collectif "Coup pour coup 31" "de l'utilisation de telles méthodes qui visent à empêcher toutes formes de débats en soutien au peuple palestinien."
Quant à l'Université du Mirail, elle "ne souhaitait pas communiquer dans l'immédiat" mercredi 4 décembre.
De son côté, la présidente du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) en Midi-Pyrénées, Nicole Yardéni, assure avoir également écrit au Président de l'Université du Mirail pour lui expliquer son total désaccord avec la tenue du meeting. "Il est regrettable", explique Nicole Yardéni, "que le FPLP, classé organisation terroriste par l'Union européenne, puisse s'exprimer dans une université française". 
Jeudi 6 décembre, Madame Yardéni a même envoyé un courrier au président de l'Université pour lui demander l'autorisation d'installer un stand d'information du CRIF sur le campus lors du meeting de samedi. Le président de l'Université Toulouse-Le Mirail a décidé de répondre favorablement à cette demande. Un échange de courriers que nous reproduisons ici :

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique