Cet article date de plus de 8 ans

Municipales : Christine de Veyrac (UDI) annonce sa candidature et veut "sonner le réveil" de Toulouse

La députée européenne centriste (UDI) a officiellement lancé ce lundi sa candidature pour les élections municipales de 2014 à Toulouse. Elle bénéficie du soutien de tous les partis centristes formant l'UDI, mais aussi du Modem de François Bayrou.
La députée européenne UDI Christine de Veyrac
La députée européenne UDI Christine de Veyrac © MaxPPP
C'est dans un café du centre-ville de Toulouse et entourée de ses "amis" de l'UDI, le parti de Jean-Louis Borloo, que Christine de Veyrac a officialisé ce lundi sa candidature aux élections municipales de Toulouse. L'ancienne adjointe de Philippe Douste-Blazy puis de Jean-Luc Moudenc est la première à se lancer dans la bataille, à 13 mois du scrutin. 
Christine de Veyrac, ex-présidente de l'UMP 31, a fait son annonce devant des affiches "2014, le réveil de Toulouse".  Elle veut être la candidate du rassemblement de sa "famille politique". 
Christine de Veyrac indique avoir le "soutien sans faille" de Jean-Louis Borloo. En visite à Toulouse, il y a quelques semaines, le président de l'UDI avait indiqué que Toulouse était une "priorité absolue" pour 2014. 

Candidate de l'UDI...et du Modem

Cette annonce s'est d'ailleurs faite aux côtés de Jean-Luc Lagleize, président du Modem de Haute-Garonne, Christine de Veyrac faisant remarquer que "toute la famille centriste est derrière (elle)". Un coup de pied dans les tibias de Jean-Luc Moudenc, président de l'UMP 31 et ex-maire de Toulouse, qui se clame lui même "centriste".
Pour Christine de Veyrac, "une mairie ne se gère pas à droite ou à gauche". Elle veut rassembler de la droite républicaine au centre-gauche, avec pour objectif de "réveiller Toulouse". Christine de Veyrac veut "redonner du souffle" à Toulouse. Elle a esquissé ce qui pourrait devenir son slogan de campagne : "Toulouse respire". 

"Jean-Luc Moudenc est le bienvenu"

Quand à ses relations avec Jean-Luc Moudenc, Christine de Veyrac estime n'être "en guerre avec personne". "Nous avons eu des divergences de vue, mais je n'ai jamais dit un mot plus haut que l'autre à son encontre", a-t-elle ajouté. "Si Jean-Luc Moudenc veut venir travailler avec nous, il est le bienvenu", indique Christine de Veyrac et ses amis. Quand on lui pose la question sur un éventuel accord électoral national entre l'UDI et l'UMP, elle indique qu'elle se pliera aux consignes nationales mais souhaite être "la mieux placée pour conduire la liste".
De son côté Jean-Luc Moudenc a publié un communiqué appelant à l'union de toutes les forces centristes et de droite républicaine. "Les Toulousains qui veulent le changement municipal réclament des comportements responsables et l’union de toute l’Opposition" a-t-il ajouté. Concluant un entretien avec des journalistes, Jean-Luc Moudenc a terminé par cette phrase : "Je suis ravi que mon ancienne adjointe s'intéresse enfin à Toulouse".

Le reportage de Marie Martin et Pascale Conte

 

L'UMP demande la démission de Christine de Veyrac de son mandat de députée européenne
Outre le communiqué de Jean-Luc Moudenc (voir ci-dessus), l'UMP 31 a aussi réagi à la candidature de Christine de Veyrac regrettant son annonce et réclamant de son mandat de députée européenne. "Etant élue sur une liste UMP aux élections européennes, nous lui demandons de se démettre du mandat que lui ont confié les électeurs ayant voté pour une liste UMP" écrivent conjointement Laurence Arribagé et Pierre Esplugas, respectivement secrétaire départementale et porte-parole de l'UMP 31. "En outre, ajoutent-ils, si son choix est de vouloir être maire de Toulouse, nous lui demandons d’avoir l’honnêteté de dire dès maintenant aux électeurs qu’elle s’engage à ne pas se présenter aux élections européennes de juin 2014. Il serait en effet trop commode que Christine de Veyrac se serve des élections municipales à Toulouse pour obtenir une quatrième investiture sur une liste aux élections européennes.Christine de Veyrac doit faire preuve d’honnêteté et de clarté"

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique