La CGT ouvre lundi à Toulouse son 50ème Congrès et confiera les rênes à Thierry Lepaon

Du lundi 18 au vendredi 22 mars, lors du 50ème congrès de la CGT à Toulouse, 1 000 délégués, représentant 24 154 "bases" syndicales vont débattre de l'orientation à tenir pour les trois ans à venir. Bernard Thibault passera le flambeau à Thierry Lepaon.

Thierry Lepaon et Bernard Thibault à Montreuil, près de Paris, en novembre 2012.
Thierry Lepaon et Bernard Thibault à Montreuil, près de Paris, en novembre 2012. © PATRICK KOVARIK / AFP
Sur fond de crise sociale et des relations tendues avec le gouvernement de gauche et avec la CFDT, la CGT fête demain à Toulouse son demi-siècle de Congrès. Le 50ème s'ouvre dans la ville rose au Parc des Expositions. Un millier de délégués se réuniront jusqu'à vendredi pour décider de la stratégie du premier syndicat français pour les trois prochaines années. Peu avant l'issue du congrès, Bernard Thibault passera le flambeau à Thierry Lepaon.

Thierry Lepaon présentera le rapport d'orientation avant d'être élu secrétaire général, le 21 mars, par le comité confédéral national (CCN). Le nouveau leader a décidé d'élargir sa direction à dix membres au lieu de huit. Une Commission exécutive (direction élargie) sera proposée jeudi au vote du Congrès, partiellement renouvelée et qui comptera les anciens rivaux.

Un tournant et de nouvelles marques pour le syndicat aux 690 000

adhérents


Malgré certains désaccords sur les destructions d'emploi ou la rigueur budgétaire, la nouvelle direction n'entend pas engager un bras de fer avec le gouvernement Ayrault auquel Thierry Lepaon reconnaît des "mesures positives" comme les contrats de génération. Cependant Thierry Lepaon s'est affiché avec les "durs" de Goodyear – et de la fédération de la chimie, opposée à M. Thibault – ou de PSA-Aulnay.

Le ton monte parfois avec la CFDT, plus accommodante à l'égard du gouvernement. Des militants cégétistes à Lille sont allés jusqu'à brûler le 5 mars un drapeau de la CFDT, acte que la direction de la CGT a désavoué. Dans ce contexte, le numéro un de la CFDT, Laurent Berger, n'ira pas au Congrès de Toulouse.

Des leaders politiques de gauche présents


La gauche de la gauche sera très présente au congrès: Jean-Luc Mélenchon (PG) et la communiste Marie-George Buffet assisteront à l'ouverture. Pierre Laurent, numéro un du PCF, est attendu mardi.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
social économie