• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Les supporters du MHR y ont cru jusqu'au bout

Ils étaient 2 à 3000 devant l'écran géant du stade Yves-du-Manoir pour suivre la 1/2 finale de leur équipe face à Castres. Montpellier n'arrive toujours pas à trouver la clef face à leur bête noire tarnaise. 

Par avec AFP


Un match parfois brouillon mais passionnant grâce à l'incroyable bras de fer auquel se sont livré les deux équipes. Et au final, beaucoup d'amertume du côté de Montpellier, avide de retrouver le goût d'une finale après l'avoir atteinte en 2011, avec un effectif inexpérimenté.

Renforcé à l'intersaison, deuxième de la saison régulière et préparant depuis deux semaines le rendez-vous, le groupe semblait à maturité... Les supporters devront encore patienter.

 / ©
/ ©


Ironie de l'histoire, Castres n'a cessé d'être la bête noire du MHR ces dernières années. En saison régulière, en barrages en 2012 et 2013, en demie maintenant, Montpellier ne parvient toujours pas trouver la clé face aux Tarnais.

Gêné par le contre-rucking castrais et l'agressivité de son premier rideau défensif, le MHR ne parvenait pas à mettre tout à fait en route la machine.

Au panache, les acteurs tentèrent d'emballer le match en prolongation. Cela sourit finalement aux Castrais qui ajoutèrent un drop venu de nulle part par le "vieux" centre fidjien Seremaia Bai (35 ans), de 40 m, à la 90e minute.

L'audace ne paya pas pour le MHR qui, au lieu de tenter une pénalité a priori facile, préféra jouer en touche. Le pari ne donna rien et offrit aux Castrais un
nouveau ticket pour Paris.

Florent Hertmann et Franck Detranchant ont suivi la 1/2 finale aux côtés des supporters restés à Montpellier : 

ambiance avec les supporters du MHR
reportage Florent Hertmann et Franck Detranchant

Sur le même sujet

Un rassemblement à Perpignan pour demander

Les + Lus