• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Aux basques du doyen péruvien

Angel Valdez "El Maestro", entouré de deux de ses péons. Ce torero péruvien, une force de la nature, demeure le doyen des matadors le plus longtemps en activité, estoquant jusqu'à l'âge de 71 ans / © aficiondeperu.com
Angel Valdez "El Maestro", entouré de deux de ses péons. Ce torero péruvien, une force de la nature, demeure le doyen des matadors le plus longtemps en activité, estoquant jusqu'à l'âge de 71 ans / © aficiondeperu.com

Fleurissent les retours: plusieurs matadors remettent l'habit pour la bonne cause: faire un geste d'un jour, tenter un retour, renflouer les caisses, retrouver des frissons ou ne plus s'ennuyer le dimanche ? Chacun ses raisons que la raison ignore. Le doyen d'entre-eux était septuagénaire...   

Par Vincent Bourg

Angel Custodio Valdez y Franco est né le 2 octobre 1838 à Ingenio, province d’Ica, Pérou. A l’âge de dix ans, il suit ses parents à Lima et devient vacher. C’est un adolescent noir, d’une carrure impressionante qui débute aux arènes d’Acho, le 7 août 1859. Le 2 décembre de l’année suivante, il estoque en solo…douze toros et devient le héros du Pérou. Il estoque si bien que les espagnols refusent de lui vendre des épées et qu’il devra jusqu’à la fin de sa carrière, tuer avec un sabre de cavalerie conservé au musée taurin des arènes de Lima.
En 1872, il signe un contrat mirifique de 16 corridas d’affilée à Montevideo (Uruguay). En 1883, à 45 ans dont 24 d’alternative, il est enfin engagé en Europe, sans grand relief à Madrid, Cadix ou Lisbonne.
De retour au pays, Angel Valdez, alias « El Maestro », torée le 25 mai 1885, le toro nommé « Arabi Pacha » et un de ses fils, « Mucho Ojo ». Dix et cinq ans d’âges, diraient les amateurs de millésimes…
« El Maestro » enfouit une dernière fois son sabre de torero, le 19 septembre 1909. Il a 71 ans et meurt deux ans plus tard, le 24 décembre 1911 à 21h30, dans son lit de la rue Desaguardero  de Lima.
Se rapprochent donc de son record de longévité :
- Carlos Escolar « Frascuelo » (21 septembre 1948)
- Rodolfo Rodriguez « El Pana » (22 février 1952)
- Vicente Ruiz « El Soro » (30 mai 1962) qui a repris l’épée le 17 août dernier à Jativa
- Juan Antonio Ruiz « Espartaco » (3 octobre 1962) qui défilera le 3 janvier 2015 à Cartagène des Indes (Colombie)
- Vicente Barrera  (29 juillet 1968) témoin d’alternative dimanche prochain avec « El Soro » de Rafael de Foios.
- Eduardo Davila Miura (5 mars 1974) qui estoquera à la prochaine feria de Séville les toros de ses tontons pour fêter les 75 ans de présence ininterrompue du fer de Miura à la Maestranza.
zoc.

Sur le même sujet

Incendie de Rouen : polémique à l'USAP sur le maintien du match de rugby de Pro D2

Les + Lus