Le Monde publie "le contrat qui a fait tomber Kader Arif"

Nos confrères du Monde ont eu connaissance des termes du contrat entre l'ex-secrétaire d'Etat et la société All Access, détenue par ses proches. Un contrat dont la révélation a précipité la démission du gouvernement de Kader Arif. 

Kader Arif
Kader Arif © MaxPPP
C'est un contrat de 50.000 euros hors-taxe, environ 60.000 TTC. Le journal Le Monde publie sur son site internet ce vendredi le contrat qui liait le ministère de la défense à la société All Access, détenue par des proches de Kader Arif, pour des prestations de "média-training" au profit de l'ancien ministre délégué puis secrétaire d'Etat aux anciens combattants.

Selon nos confrères qui ont consulté le document, il s'agit d'un contrat pour des "prestations d'accompagnement, entraînement media-training et simulation de crise au profit du ministre délégué en charge des anciens combattants".

Dans le détail, plusieurs types de prestations sont prévues par ce contrat, selon Le Monde :Un contrat d'une durée de 3 mois aurait été signé le 28 février. Son existence a été "révélée" au ministre de la Défense au mois d'août dernier, comme l'affirmait l'hebdomadaire Le Point le week-end dernier après la démission de Kader Arif.

Le Monde indique que le contrat a été passé en respect des règles par le ministère de la défense, mais certaines prestations étant laissées à la libre appréciation du ministre selon le code des marchés, se posent des questions de déontologie voire de favoritisme. 

D'autant que ce contrat ne fait pas clairement apparaître le nom des proches du ministre, pourtant propriétaire de l'entreprise, mais d'un salarié qui l'a paraphé. 

C'est ce contrat qui est à l'origine de la démission de Kader Arif du gouvernement la semaine dernière.

Contacté par France 3 Midi-Pyrénées, le parquet national financier qui est saisi du dossier confirme qu'il n'y a qu'une enquête préliminaire en cours mais que les enquêteurs instruisent maintenant les 2 volets :Kader Arif est donc désormais clairement dans l'oeil du cyclone.

Jeudi, Médiapart révélait que AWF Music avait facturé 700.000 euros de prestations pour la campagne présidentielle de François Hollande, dont Kader Arif est un très proche, avant d'être brusquement éconduite à deux mois du premier tour en 2012 et d'être liquidée en mai 2013. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
affaire awf politique justice