• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Castres finit par se réveiller de son cauchemar face à Lyon

© AFP
© AFP

Castres, réduit à 14, a fini par se réveiller de son cauchemar en battant Lyon au bout du suspense (23-20), samedi lors de la 19e journée de Top 14, un succès qui lui permet encore d'espérer.

Par SC+AFP

L'enjeu était capital. Une défaite face au LOU, qui reste treizième à un point devant le CO, et tout espoir de maintien aurait été enterré pour les vice-champions de France 2014 et champions 2013, lanterne rouge du championnat.
Dans une ville qui vivrait la descente du club en Pro D2 comme un traumatisme, la foule a, comme aux grands jours, envahi le terrain après cette victoire arrachée grâce à une pénalité de Rory Kockott à la 80e minute, concrétisant le retour en force des siens et leurs trois essais en deuxième période.
Pour son premier match à Pierre-Antoine depuis son arrivée au chevet du CO il y a un mois, l'ancien pilier argentin du club Mauricio Reggiardo avait appelé ses joueurs à faire vivre un "enfer" aux Lyonnais.
Mais finalement ce sont les Castrais qui vécurent un cauchemar dès leur entrée sur la pelouse.

Série d'exclusions 

Un cauchemar symbolisé par l'exclusion temporaire de Christophe Samson (12e) pour brutalité sur le talonneur Jean-Philippe Bonrepaux, évacué sur une civière, et le carton rouge récolté par Yannick Caballero (21e) pour un coup de genou jugé volontaire sur Puricelli.
Très agressifs d'entrée de jeu, Nallet et ses coéquipiers laissaient Pierre-Antoine muet dès la 8e minute en ouvrant le score par Toby Arnold, servi par George Smith.
Et dire que Jérôme Porical aurait pu rajouter neuf points de plus s'il n'avait manqué ses trois pénalités (3e, 6e, 33e)...
Assommés, les Tarnais prenaient un nouveau coup derrière la tête au retour du vestiaire après le deuxième essai lyonnais signé Porical (41e) après une percée d'Arnold.
Mais pour une fois cette saison, l'enjeu ne les aura pas figé. Revenant dans le match, ils marquaient trois essais en à peine plus de quinze minutes par Taumoepeau (48e) puis Evans (60e) à la réception d'une chandelle de Kockott dans l'en-but lyonnais. Et enfin Kockott (65e) qui ramenait le CO à égalité avec Lyon (17-17), avant de finir de retourner la rencontre sur deux pénalités (76e, 80e) alors que Brett (75e) venait de redonner l'avantage au LOU.
Si les Castrais peuvent encore y croire, leur fin de saison va toutefois ressembler à un long chemin de croix avec quatre déplacements, et non des moindres (Toulon et Racing notamment), et trois réceptions dont celles de l'UBB et de Clermont...

Sur le même sujet

Bulle sous-marine de Fleury d'Aude : la fin d'une polémique de 30 ans

Les + Lus