• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

10 choses à savoir avant le second tour des élections départementales en Midi-Pyrénées

illustration / © F3 LR F.Dubault
illustration / © F3 LR F.Dubault

Nombre de triangulaires, présence du Front National, élus du premier tour, départements où tout est déjà plié, possibilité de bascule... Vous saurez tout ici avant de vous rendre aux urnes. 

Par Fabrice Valery

1 / On vote encore dans 134 cantons dans la région

18 binomes de candidats ont déjà été élus au premier tour. Principalement dans l'Aveyron (8 au profit de la majorité sortante), dans le Lot (3) et le Gers (2). En revanche aucun candidat n'a été élu au premier tour dans la Haute-Garonne. 

2/ Il y a 22 triangulaires

Dans 22 cantons de la région, les électeurs auront le choix entre 3 binomes. C'est le cas surtout dans le Tarn (7), en Tarn-et-Garonne (5) et Haute-Garonne (5). Dans tous les cas, le Front National fait partie des finalistes. Dans l'Aveyron et les Hautes-Pyrénées, il n'y a aucune triangulaire. Dans les 112 autres cantons, ce scrutin oppose deux binomes.

Cliquez ici pour connaître les résultats du premier tour


3/ Le FN présent dans 58 cantons

C'est un record dans notre région. Le Front National est présent au second tour dans plus d'un tiers des cantons. 18 binomes FN sont encore en lice dans le Tarn (sur 23 cantons), 12 dans le Tarn-et-Garonne et la Haute-Garonne. Il n'y a qu'en Aveyron que le FN ne s'est pas qualifié pour le moindre second tour.

4/ Civisme : 4 départements de la région dans le top 10

Quatre de nos huit départements se sont hissés dans le Top 10 des départements qui ont le plus voté au premier tour des départementales dimanche 22 mars. Mention très bien au Gers (60,04 % de participation), à l'Aveyron (5ème avec 59,71 %), au Lot (7ème avec 59,43 %) et au Tarn-et-Garonne (9ème avec 58,89 %). 

5/ Moins d'un électeur toulousain sur deux a voté dimanche

En revanche, on ne félicite pas les électeurs toulousains qui n'ont été que 44,95 % à se déplacer aux urnes pour le premier tour. Pour savoir si on a bien voté dans votre bureau regardez la carte interactive du vote toulousain mise au point par une société de la région. 

6/ Là où c'est déjà plié​

Dans le Lot, où la gauche a déjà remporté trois cantons, il se pourrait même qu'elle réussisse dimanche prochain le grand chelem sur les 14 restants. La gauche restera aussi largement majoritaire dans le Gers, malgré les deux cantons déjà gagnés par la droite au premier tour. Idem dans les Hautes-Pyrénées, malgré la percée de la droite sur les cantons tarbais, ou dans l'Ariège où le président PS Henri Nayrou a raté de peu la réélection dès le premier tour.
En Aveyron, la droite et le centre sont en position de force avec 8 cantons gagnés dès le premier tour. La gauche est en ballotage favorable dans 9 autres mais ce sont les trois derniers qui pourrait assurer la victoire de la majorité sortante. 
Enfin dans la Haute-Garonne, la droite a raté son pari : éliminée dans huit cantons et devancée quasiment dans tous les cantons urbains de Toulouse. Jean-Luc Moudenc, le maire UMP de Toulouse et président de l'UMP 31 a déjà reconnu que "les socialistes vont conserver le département". Le PS pourrait même renforcer sa majorité en Haute-Garonne. 

Lire notre dossier "élections départ​ementales"


7/ Là où le suspense demeure

Il ne reste donc plus que deux départements où la droite peut encore espérer faire basculer la majorité : dans le Tarn et en Tarn-et-Garonne. Le président sortant PS du Tarn Thierry Carcenac est en ballotage favorable sur Albi 4 mais sa majorité pourrait vaciller. L'UDI Philippe Folliot, élu au premier tour, espère que le poids du vote FN ne va pas pénaliser la droite et le centre. 
En Tarn-et-Garonne, dimanche dernier, tout le monde avait gagné : Jean-Michel Baylet (PRG), réélu au premier tour à Valence, et son adversaire UMP Brigitte Barèges, persuadée de pouvoir faire encore basculer la majorité. Là aussi, le Front national est presque partout au second tour et pourrait même avoir des élus. 

8/ Midi-Pyrénées, une exception française ?

En cas de victoire de la droite dans l'Aveyron et de la gauche partout ailleurs, ce qui est possible sinon probable, la situation des 8 départements de Midi-Pyrénées serait alors inchangée, ce qui ferait de notre région une exception dans une France qui devrait connaître un virage à droite. 

9/ On vote jusqu'à 18 heures sauf dans 15 communes de la Haute-Garonne... et attention au changement d'heure !

Les bureaux de vote dans la région ouvriront tous à 8 heures dimanche matin et fermeront à 18 heures sauf dans 15 communes de la Haute-Garonne où on joue les prolongations traditionnellement jusqu'à 20 heures. Ces communes sont : Balma, Blagnac, Castanet-Tolosan, Colomiers, Cugnaux, Fonsorbes, Muret, Plaisance-du-Touch, Ramonville-Saint-Agne, Saint-Gaudens  Saint-Jean, Saint-Orens-de-Gameville, Toulouse, Tournefeuille et L'Union.
Mais n'oubliez pas, dans la nuit de samedi à dimanche, on change d'heure. A 2 heures, il sera trois heures. Donc si vous ne reculez pas votre montre et que vous voulez faire l'ouverture de votre bureau de vote, vous risquez d'avoir une heure de retard ! Compris ?

10/ Branchez-vous sur France 3 dimanche soir

Enfin pour suivre les résultats, branchez votre télé à partir de 20H15 dimanche sur France 3 Midi-Pyrénées pour la grande soirée électorale présentée par Marie-Sophie Lacarrau et Patrick Noviello. Et dans le même temps suivez dès 17 heures le LIVE de la soirée sur le site internet de France 3 Midi-Pyrénées avec tous les résultats (à partir de 20 heures), les réactions, les commentaires, les vidéos et nos articles d'analyses de la situation dans chaque département et des synthèses régionales. On compte sur vous ! A dimanche...

Sur le même sujet

Gard : Le Vigan va devenir l'un des 3 campus connectés d'Occitanie

Les + Lus