• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Toulouse capitale régionale : 3.000 fonctionnaires pourraient quitter le Languedoc-Roussillon

Hôtel de région à Montpellier (au second plan) / © France 3 LR
Hôtel de région à Montpellier (au second plan) / © France 3 LR

La préfecture, le rectorat et l'agence régionale de santé devraient tous être pilotés depuis Toulouse. Les conséquences sur l'emploi pourraient être dramatiques pour le Languedoc-Roussillon. Environ 3.000 fonctionnaires pourraient voir leur mission ou leur affectation changer.

Par Zakaria Soullami


Sur le site internet de la préfecture du Languedoc-Roussillon, la fusion avec Midi-Pyrénées est déjà en marche : les 2 préfectures ont élaboré ensemble un atlas cartographique détaillé de la grande région avec notamment la densité de population ou encore le pôle de compétitivité.

En Languedoc-Roussillon, selon les premières estimations, 3000 fonctionnaires pourraient voir leur mission ou leur affectation changer :

  • 2.000 au sein de la préfecture, de l'agence régionale de Santé et du rectorat
  • 1.000 au conseil régional
Les syndicats de la fonction publique sont inquiets : le délai donné au nouveau préfet préfigurateur pour organiser la fusion est d'à peine deux mois.

Le Languedoc-Roussillon veut conserver sur son territoire une partie des centres de décisions. Et ce qui les accompagnent : des emplois directs, indirects et des services administratifs accessibles.

Reportage à Montpellier.
Toulouse capitale régionale : 3.000 fonctionnaires pourraient quitter le Languedoc-Roussillon
C. Alazet et F. Jobard

A lire aussi

Sur le même sujet

Montpellier : le sénateur LREM Robert Navarro définitivement condamné pour abus de confiance

Les + Lus