23 et 24 juin : toros à La Brède et Saint Sever

C'était à Grenade en 2010. Perera et Juan Bautista sortaient en triomphe. C'est tout le mal qu'on leur souhaite dimanche à Saint-Sever. / © Jorge Guerrero
C'était à Grenade en 2010. Perera et Juan Bautista sortaient en triomphe. C'est tout le mal qu'on leur souhaite dimanche à Saint-Sever. / © Jorge Guerrero

Le centre de gravité de la tauromachie française se déplace sur l'aile occidentale ce week-end. Samedi, il y a course à La Brède (Gironde), dimanche ce sera à Saint-Sever (Landes).

Par Joël Jacobi

Dans les deux villes, sont prévues une novillada sans picador le matin (11 heures) et une corrida le soir (18 heures).

À La Brède, les toros de Fuente Ymbro (très favorablement remarqués lors de la dernière édition de la feria de Séville) trouveront en face d'eux Daniel Luque, Tomás Campos et Jesús Enrique Colombo. C'est un week-end particulièrement important pour Tomás Campos qui, le lendemain, sera à l'affiche de la corrida de Madrid (toros de Montalvo).
À noter pour la novillada sans picador du matin, le jeune nîmois Solalito à qui nous avions consacré un reportage dans l'émission de mai

130 kilomères au sud, Saint Sever organise un mano a mano entre Juan Bautista et Miguel Ángel Perera, deux toreros réputés "froids", mais qui ont montré récemment (à Madrid pour Perera, à Arles, Nîmes et Istres pour Juan Bautista) qu'il pouvaient toréer "avec du sentiment". Les toros sont de Puerto de San Lorenzo. C'est face à un toro de cet élevage que Perera a donné la plus émouvante faena de sa vie en octobre dernier à Madrid.
Au paseo de la novillada matinale, un arlésien, Adam Samira, en mano a mano avec le tarusate Yon Lamothe.


Voici, en guise de mise en bouche, des moments de l'immense faena de Perera avec un Puerto de San Lorenzo à Madrid.


Miguel Angel Perera, toro de Puerto de San Lorenzo

 

Sur le même sujet

Les + Lus