L'aéronautique et le spatial moteurs de l'économie en Occitanie

© MaxPPP
© MaxPPP

L'Insee publie ce vendredi une étude présentant les premiers résultats d'une enquête sur la filière aéronautique et spatiale en Occitanie. Le secteur se porte très bien. Le nombre de salariés a augmenté de 2.3% en un an soit 3 300 embauches supplémentaires.

Par J.V

La filière aéronautique et spatiale occupe une place importante dans l’économie du Grand Sud-Ouest (Nouvelle-Aquitaine et Occitanie). Fin 2016,
1 100 entreprises concourent à la construction d’aéronefs, d’astronefs ou de leurs moteurs. Ces entreprises emploient près de 102 000 salariés. 

Une filière structurée autour de grandes entreprises


Les entreprises têtes de filière (constructeurs, maîtres d’œuvre et motoristes) sont peu nombreuses (moins d’une vingtaine) mais de très grande taille : elles emploient à elles seules 43 000 salariés (Occitanie et Nouvelle-Aquitaine). Les « petites et moyennes entreprises (PME) » et les « microentreprises » regroupent respectivement 16 % et 2 % de l'emploi de la filière aéronautique et spatiale dans le Grand Sud-Ouest. En Nouvelle-Aquitaine, leur poids dans la filière est plus important, avec 25 % de l’effectif régional, contre 16 % en Occitanie.

Outre les avionneurs (Airbus, Dassault, ATR, Daher-Socata), il s’agit des grands maîtres d’œuvre du spatial et des motoristes (Thales Alenia Space, Safran…), ainsi que des grands équipementiers (Liebherr Aerospace, Latécoère, Ratier-Figeac, Creuset Aéronautique, Goodrich...). La centaine d’unités employant au moins 250 salariés rassemble 71 % des effectifs. En Occitanie : 70 entreprises d’au moins 250 salariés concentrent 74 % des salariés travaillant dans la filière.

Les sous-traitants représentent près d’une entreprise sur deux et emploient 38 000 salariés. Ceux de la fabrication industrielle sont prépondérants par rapport aux sous-traitants d’études. Viennent ensuite les fournisseurs (9 300), en particulier d’outils matériels ou logiciels, puis les prestataires de services (certification, logistique, etc.) qui comptent 8 000 salariés. Les sociétés d’ingénierie et de conseil en technologie moins nombreuses, emploient 20 900 salariés.

Une implantation concentrée autour de Toulouse


59 % des effectifs de la filière sont localisés dans la zone d’emploi de Toulouse, à proximité des grands constructeurs et motoristes. Outre l’activité de construction aéronautique et spatiale, Toulouse se caractérise par une forte implantation des sociétés d’ingénierie et d’informatique (Altran technologies, Alten Sud-Ouest, Assystem France). Les zones d'emplois de Figeac, Tarbes-Lourdes et Foix-Pamiers regroupent chacune 2 % des effectifs.

La zone d’emploi de Figeac abrite Ratier-Figeac, équipementier pour la construction aéronautique et, dans le secteur de la métallurgie, le sous-traitant de fabrication Figeac Aéro. Celle de Tarbes-Lourdes intervient dans la construction aéronautique avec la présence du systémier-intégrateur Socata. Aubert & Duval, sous-traitant de fabrication dans le secteur de la métallurgie, est implanté dans la zone d’emploi de Foix-Pamiers.

Dans le Gard, l’entreprise de maintenance Sabena Technics FNI est le premier employeur de la filière.

Une progression vive de l’emploi


Dans le Grand Sud-Ouest, la création d’emploi est plus dynamique dans la filière aéronautique et spatiale que dans le reste de l’économie. Les effectifs salariés progressent de 2,3 % en 2016 (+ 3 300 emplois salariés nets). 





Sur le même sujet

Les + Lus