Annulation du salon de l’agriculture 2021 : un coup dur pour les professionnels du secteur de la région Occitanie

Le 58e salon international de l’agriculture qui devait se dérouler du 27 février au 7 mars 2021 est annulé. Les organisateurs ont décidé de reporter l’événement en 2022 en raison des conditions sanitaires trop incertaines. Un coup dur pour les agriculteurs de notre région.
 

© Bruno Levesque/MaxPPP
Une première depuis la seconde guerre mondiale. Le SIA, salon international de l’agriculture 2021 est annulé. Les organisateurs n’ont pas voulu prendre de risques, ils ont préféré reporter l’évènement, les conditions sanitaires étant incertaines. Un coup dur pour les agriculteurs de l’Occitanie, privés d’un booster incontestable en termes d’image et de chiffre d’affaires. En une semaine, chaque année, ce sont 630 000 personnes qui visitent la plus grande ferme de France. L’occasion pour les producteurs et éleveurs de faire valoir un territoire, un savoir-faire et de vendre leurs produits. Privés de salon, certains producteurs et entreprises alimentaires annoncent des pertes sèches de 30 à 40% de leur chiffre d’affaires annuel.

Un effet vitrine qui va cruellement manquer


En 2020, 120 producteurs et 50 éleveurs d'Occitanie avaient un stand au SIA.
L'Occitanie est la 2e région agricole de France avec plus de 78 000 exploitations, 165 000 emplois et 21 milliards de chiffre d'affaires. C’est aussi la 1ère région bio, la 1ère région viticole et la 1ère pour la production ovine.

Le président de la Chambre d’agriculture de l’Aveyron, Jacques Molières, comprend la décision des organisateurs mais accuse quand même le coup, "le salon est un vecteur d’images et de relations incontournables pour nos agriculteurs. En Aveyron, l’élevage représente 95% de l’activité agricole, pour ces professionnels le salon est une vitrine incontournable". 
 

C’est un véritable outil de communication, pour rencontrer les consommateurs, expliquer les races et les territoires. En termes d’image et de répercussions financières le salon est un événement majeur pour eux et malheureusement il n’aura pas lieu.


Les concours d'animaux sont reportés en 2022, une très mauvaise nouvelle pour les éleveurs qui étaient sortis de l’ombre pendant le confinement.
Depuis la crise de la malbouffe puis celle du coronavirus, les produits de qualité et les circuits-courts ont le vent en poupe. Le salon de l’agriculture représentait une continuité pour tous ces petits producteurs qui n’ont pas d’autres moyens pour communiquer. Ils se sont démarqués, l’annulation du salon de l’agriculture pourrait freiner cette embellie.
Dans ce concours général agricole, 950 participants d'Occitanie sont en lice. Chaque année, des centaines de vin et de produits d’Occitanie repartent avec des médailles.

Thibaut Dijols est éleveur de vache de race Aubrac depuis cinq générations à Curière en Aveyron. Il bénéficie d’un des labels les plus stricts en France, le label rouge de viande Aubrac le boeuf fermier. L’une de ses vaches "Haute" a même été l’égérie du salon en 2018. Cette année, les concours d'animaux sont annulés et reportés à 2022, un crève-cœur pour Thibault :

C’est une chance pour nous d’avoir des animaux sélectionnés pour concourir au salon de l’agriculture, rien ne remplace la présentation d’une bête devant plus de 200 personnes sur le ring du salon. C’est une vitrine exceptionnelle pour nous qui vivons sur des territoires isolés. Le salon met en lumière les paysans et leur savoir-faire.
 

[#SIA2021 – Report sur 2022] Face aux conséquences de la pandémie de #COVID19 impliquant restrictions, obligations et...

Publiée par Salon International de l'Agriculture (page officielle) sur Mercredi 14 octobre 2020


Pertes sèches

Les producteurs et entreprises alimentaires vont y laisser des plumes. C’est le cas de ces éleveurs et transformateurs de foie-gras dans le Gers, Chantal et Daniel Oreja. Le couple occupe un stand au salon depuis 20 ans.
"Le déficit est énorme" pour nous explique Daniel Oreja :

on estime les pertes à 60 000 euros soit plus de 15% de notre chiffre d’affaires annuel. Sans compter les retombées grâce aux médailles et à la couverture médiatique.


Triste nouvelle aussi pour les vignerons du Gaillacois, déjà impactés par la crise de coronavirus.
Cédric Carcenac, vigneron et vice-président de la FDSEA dans le Tarn exprime sa déception même s’il n’est pas surpris de cette décision.

C’est un rendez-vous incontournable pour nous, les conséquences économiques de cette annulation sont réelles. Le salon est un rendez-vous commercial international pour les professionnels du vin. Avec le coronavirus nos exportations ont chuté, le salon aurait pu rattraper une partie des pertes.


Pour ma part sur un chiffre d’affaires d’un million d’euros, j’évalue la perte à 200 000 euros et je ne suis pas le plus à plaindre, rajoute le vigneron.
Les producteurs de vins craignent l’effet domino, si ce salon prévu en 2021 est déjà annulé d’autres pourraient suivre le mouvement, une catastrophe pour le secteur.

Après la chute des ventes à l’exportation on attendait le salon comme une bouffée d’oxygène, ça aurait pu nous relancer.

Cédric Carsenac, vigneron dans le Gaillacois

 

Lueur d’espoir : le concours général des produits agricoles est maintenu

Le concours général des produits agricoles devrait se tenir, selon le président de la Chambre d’agriculture de l’Aveyron, dans des villes de la Région Occitanie.

Les médailles, c’est bon pour l’image et la vente, c’est important de préserver ce concours pour les producteurs, leur permettre de rester en contact avec les consommateurs, une manière de réduire un peu le déficit mais ça ne remplacera jamais l’aura du salon.


Des outils pour rester connectés


Pour faire face, les producteurs et éleveurs se mettent à la page du numérique. Des plateformes de vente en ligne existent déjà. Le département de l’Aveyron en partenariat avec la chambre de l’agriculture travaillent à la mise en place d’un site internet pour référencer tous les producteurs du territoire.
Les producteurs de foie-gras Chantal et Daniel Oreja utilisent l'application cagette.net qui permet aux clients de commander et d’être livrés partout en France dans une dizaine de points drive.
Les vignerons du Gaillacois eux, comptent sur l’opération "le primeur de Gaillac", le 22 novembre prochain pour renflouer les caisses.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
salon de l'agriculture agriculture économie crise économique coronavirus/covid-19 société