Ariège : accroche ton mousqueton et deviens un enfant de la canopée dans un parc accrobranche peuplé d’arbres rarissimes

Publié le
Écrit par Clara Delannoy

En cette période où la chaleur est écrasante, quoi de mieux qu’une bouffée de nature et d’air frais à quelques encablures de Toulouse ? Un parc accrobranche, situé en Ariège, présente la particularité de compter pas moins de 80 espèces d’arbres rares sur la sol français.

Cela se passe à Carla-Bayle, séduisant petit village coloré de l’Ariège, à une heure de Toulouse, posé sur son piton rocheux, le petit bourg offre une vue magnifique sur les Pyrénées toutes proches. Il y a un an, Nicolas Dubois, amateur de nature, de forêt, d’aventures et de contacts humains, reprend la gérance du Parc Sequoia Vertigo.

Dans ce parc, la plupart des arbres ont été plantés au 19ème siècle, à l’époque où trônait fièrement une maison de maître dont il ne reste aujourd’hui que les vestiges. Les arbres, eux, sont toujours là. Le parc compte plus de 80 espèces d’arbres rares sur le territoire français.

Les arbres, les rois du parc

On peut notamment croiser une quarantaine de séquoias dont le plus haut atteint 58 mètres. Très impressionnant et pourtant moitié moins que Hyperion, le plus grand arbre du monde, 117 mètres de haut, qui étend ses racines dans le parc de Yosemite, en Californie.
Sans oublier des cyprès chauves (appelé aussi cyprès de Louisiane, avec ses racines atypiques en forme de stalagmites), des Liquidembars, des Catalpas, des chênes d’Amérique ou encore des pins Laricio, endémiques de Corse.

C’est d’ailleurs à Carla-Bayle que l’on retrouve les séquoias les plus vieux de France. Ce n’est pas un hasard quand on prend bien soin des arbres. Chaque spécimen est suivi de près par un expert phytosanitaire.

Nicolas Dubois, le gérant des lieux, s’amuse aussi à raconter que « l’équipe du Parc a pris plaisir à donner des noms aux arbres. Il y a Thibère, un séquoia géant, sur le parcours du vol extrême où il y a la tyrolienne de 17 mètres, ou encore Big Ben en haut duquel j’aurais bien accroché une horloge ! ».

Cette végétation luxuriante attirent évidemment la faune et notamment des oiseaux. Peut-être aurez-vous aussi la chance d'apercevoir le Milan Royal, un rapace présent dans le parc parfois.

Une balade sur le sentier botanique permet également de s’imprégner des lieux tout en découvrant la biodiversité. Nicolas Dubois confie que "depuis quelques temps, le parc attire un public différent, passionné de botanique".

Les parcours d'accrobranche

Les arbres sont si majestueux dans ce parc qu’on en oublierait presque l’accrobranche !

Les parcours justement, vous en avez 13 en tout, à réaliser selon les goûts et capacités de chacun. De 50 cm de haut pour les plus petits à 25 mètres de haut pour les plus téméraires. Sur tous ces parcours, la ligne de vie est continue, c’est à dire que les mousquetons ne sont jamais retirés. De quoi jouer les aventuriers en toute sécurité pendant environ 3 heures.

Si l’adrénaline n’est pas encore assez forte, des nocturnes tous les mercredis de l’été (puis une fois par mois à partir de septembre) sont également proposées, pour des sensations assurément différentes à la lueur des frontales.

Les amateurs de « hugs » (câlins) aux arbres auront idéalement de grands bras car l’envergure de certains séquoias va jusqu’à 3 mètres ! Et si la faim se fait sentir après le parcours, un espace de restauration rapide avec produits frais et locaux (producteurs dans un rayon de 10 km) saura vous régaler.