Ariège : le sous-traitant aéronautique MKAD pourrait fermer, 45 emplois sont menacés

A l'issue d'un comité social et économique (CSE) extraordinaire qui s'est déroulé lundi 14 septembre, les représentants des 45 salariés de l'entreprise MKAD ont appris le projet de cessation d'activité du site de Varilhes dans l'Ariège.

L'entreprise MKAD située à Varilhes (09)
L'entreprise MKAD située à Varilhes (09) © Pascal Dussol / FTV
L'entreprise MKAD a annoncé à ses représentants du personnel le projet de mettre un terme à son activité, lors d'un CSE extraordinaire, lundi 14 septembre. 
45 salariés travaillent actuellement sur le site. 
Le projet de cessation d’activité sera présenté la semaine prochaine aux instances représentatives du personnel puis à l’ensemble du personnel.

Le choc

Ludovic Loureiro est délégué syndical Force Ouvrière chez MKAD. Même si ce mardi, tous les salariés ont repris leur poste, l’annonce d’une cessation d’activité la veille a été difficile à entendre.
"La pilule est très lourde à digérer", confie Ludovic Loureiro, "ça a été un choc pour certains. On s’attendait peut-être à une restructuration, à du chômage partiel, mais pas à une cessation d’activité".

Le secteur aéronautique en crise

Dans un contexte de marché du transport aérien impacté par la crise sanitaire, les possibilités de développement commercial de l'entreprise ont été mises à mal.

"Alors que les avionneurs prévoient une baisse des cadences de l’ordre de 30 à 40 % pour les trois années à venir, les perspectives commerciales de MKAD sont donc extrêmement dégradées. (...) Tous ces éléments ont été déterminants dans la décision d’envisager la cessation d’activité de la société", précise dans un communiqué de presse, Emmanuel Gailly, Président de MKAD.
 

Fini le titane, place au composite

Emmanuel Gailly explique, dans un entretien à la rédaction de France3, la complexité du contexte commercial à la fois lié au Covid-19 et au choix des avionneurs de favoriser les matériaux en composite au détriment des pièces en titane, au cœur de l’activité de MKAD.
L’entreprise est fortement impactée par ces orientations : son chiffre d’affaires, de 10 millions d’euros en 2019, serait dévalué de moitié en 2020.

Le titane : une activité exclusive

Spécialisée dans l’usinage des métaux durs, notamment les pièces en titane pour l’aéronautique, MKAD est une co-entreprise de deux géants de la sous-traitance, les sociétés Mecachrome et Aubert & Duval, déjà implantée à Pamiers (09). Destiné aux nouveaux programmes de l'A350, le projet MKAD visait à répondre à cette évolution du marché aéronautique, et principalement la croissance de la demande en grandes pièces de structures en titane. 
 

Un projet ambitieux

Le premier bâtiment, d'une surface de 7.000 m² affecté à l'usinage des pièces, a été créé en 2015 sur le site de Varilhes pour répondre au marché en pleine expansion des pièces en titane. Un second bâtiment de 9.000 m² pour le traitement et les finitions des surfaces devait voir le jour deux ans plus tard.
A l'époque de l'inauguration de l'usine, en octobre 2016, la direction prévoyait la création d'une centaine d'emplois sur trois ans.
20 millions d'euros ont été investis alors.


 




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie social industrie aéronautique