Coronavirus : comment les "petits" sites touristiques d'Occitanie se préparent à une éventuelle réouverture le 11 mai

Devant l'Assemblée Nationale le 28 avril, le Premier Ministre Edouard Philippe, détaillant le plan de déconfinement, a évoqué la réouverture possible des "petits musées ou sites touristiques". Ils sont légion en Occitanie et se préparent actuellement à rouvrir, pour une saison évidemment différente.

Le château de Foix accueille habituellement 100 000 visiteurs par an.
Le château de Foix accueille habituellement 100 000 visiteurs par an. © FTV
Bien sûr, il y a encore des précisions à apporter, à commencer par la principale : qu'est-ce qu'un "petit" site touristique ? Est-ce déterminé par le nombre de visiteurs habituels, revu à la baisse du fait de la chute des déplacements ? Ou par l'organisation des lieux qui permettra des visites "espacées" ? Il n'empêche, l'espoir est là pour les sites et les musées à la fréquentation "modeste" de pouvoir rouvrir leurs portes à partir du 11 mai. Il faut dire que la saison touristique aurait dû commencer il y a plusieurs semaines et que ces lieux sont en sommeil depuis la mi-mars. C'est le cas du château de Foix, en Ariège. Habituellement, ce sont quelques 100 000 personnes qui visitent chaque année cet édifice du 12ème siècle dominant la ville. Le château et son musée sont fin prêts pour une réouverture, avec, évidemment, des prévisions de fréquentation raisonnable. "On est prêt à rouvrir", explique Pascal Alard, le directeur des sites touristiques de l'Ariège, "on a tout préparé pour les gestes barrières, pour les gels, pour les masques. On aura sans doute la surprise d'avoir un masque aux couleurs du château de Foix". 

Pour autant, pas de folles espérances : les visiteurs, on le sait, ne seront pas ceux qui fréquentent le site historique en temps normal. "Ce sera une clientèle très locale, les résidents secondaires, peut-être un peu les régionaux..."

C'est avant tout sur la population locale que l'on mise pour faire notre saison touristique

Et cet espoir n'est pas infondé car si les Français renoncent cet été - volontairement ou non - à leurs destinations habituelles, à leurs voyages à l'étranger, ils pourraient trouver un nouveau charme au patrimoine, culturel et naturel, qui les entoure. C'est bien là-dessus que comptent les petits musées. Car sans clientèle, c'est l'avenir même qui est compromis, quand on n'est ni site national, ni grand site régional, ni subventionné.

En Ariège toujours, le château de Fiches est une demeure privée, ouverte aux visites. Ce sont ces dernières qui permettent d'entretenir cette ancienne maison de maître datant du 16ème siècle. Ce début de saison manqué a déjà pour conséquence la non-réalisation des travaux d'entretien prévus. "On va peut-être faire deux ou trois mois de saison", confie Patricia Fis, la secrétaire de l'association de défense du château de Fiches. "On verra en septembre si on peut faire des animations pour faire rentrer quelques finances". 

Avec ces "petits" sites, c'est tout une économie qui tremble aujourd'hui. Dans le département de l'Ariège, le tourisme représente 2 200 emplois. Et 150 millions de chiffre d'affaires.


Voir le reportage de Geoffrey Berg et Pascal Dussol, de France 3 Occitanie :
Coronavirus : comment les "petits" sites touristiques d'Occitanie se préparent à rouvrir
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société patrimoine culture tourisme économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter