Covid : la région Occitanie officialise sa filière locale d'équipements sanitaires avec deux entreprises en Ariège

Présentée en mai, Occitanie Protect, une filière créée par la Région doit à terme regrouper 145 entreprises et permettre à l'Occitanie d'assoir sa souveraineté en termes de masques, blouses ou matériel de santé en cas de nouvelle crise. Deux entreprises ariégeoises sont les premières à l'intégrer.

Adient Fabrics a diversifié sa production et fabrique désormais du tissu pour les masques sanitaires en plus de tissus pour l'automobile.
Adient Fabrics a diversifié sa production et fabrique désormais du tissu pour les masques sanitaires en plus de tissus pour l'automobile. © Auriane Duffaud / FTV
Au printemps dernier, la crise sanitaire du Covid-19 a révélé de nombreux manques en équipements de santé en France. C'est ce qui a décidé la Région Occitanie à créer sa propre filière sanitaire. L'idée est simple : fédérer et regrouper au sein d'une même entité diverses entreprises pour assurer sa souveraineté sanitaire en cas de nouvelle crise. Annoncé en mai dernier, ce "cluster" d'entreprises doit regrouper à terme des sociétés capables de produire des masques, des blouses, du gel hydroalcoolique, des visières, des dispositifs de décontamination ou encore des tests. S'il faudra encore plusieurs mois pour finaliser ce projet, deux premières entreprises de la région se sont déjà lancées dans l'aventure. Elles sont toutes les deux installées en Ariège.

Adient Fabrics, première entreprise de la région a intégrer cette nouvelle filière

Elle a changé plusieurs fois de nom ces dernières années, connu plusieurs rachats et traversé plusieurs plans sociaux. L'entreprise Adient Fabrics, désormais Sage Fabrics Laroque, est le plus ancien et le plus important site de fabrication de tissus pour le secteur automobile d'Occitanie. Créée en 1955 à Laroque d'Olmes, en Ariège, elle emploie 220 salariés et produit près de 4 millions de mètres de tissus par jour. La crise liée au coronavirus aurait pu lui être fatale mais l'entreprise a réorienté sa production et intégré Occitanie Protect.

Un tissu monocouche...

Pendant le confinement, les chaînes de production d'Adient Fabrics sont restées totalement à l'arrêt pendant trois semaines. Une chute de 70% de ses commandes pour l'industrie automobile l'a décidée à réorienter sa production. Elle a développé un tissu monocouche, basé sur celui qu'elle produit pour l'automobile et agréé pour la confection de masques "barrières" et de surblouses.  
Le tissu pour les masques est testé minutieusement, au même titre que les tissus conçus pour l'automobile.
Le tissu pour les masques est testé minutieusement, au même titre que les tissus conçus pour l'automobile. © Auriane Duffaud / FTV

C'est dans notre ADN. On a essayé de se différencier. On a essayé de travailler sur un produit technique et plutôt que de travailler sur un tissu en 3 couches, on a travaillé sur un textile monocouche. On a essayé de penser à la seconde vie du produit, il est entièrement recyclable.

Mathias Daynie, directeur d'Adient

Grâce à cette réorientation de sa production, Adient a pu "sortir les salariés du chômage partiel" poursuit Mathias Daynie qui explique que cette nouvelle corde à son arc a permis à l'entreprise de compenser les pertes de 35% de son budget annuel enregistrées en mars et avril dernier.

...Découpé et cousu dans une autre entreprise ariégeoise

Une fois le tissu produit par Adient Fabrics, c'est une autre entreprise ariégeoise qui prend le relais : Biotex Technologies. Créée en 2011 à Lavelanet, cette société est spécialisée dans le textile technique. Elle produit chaque année 1,5 millions de vêtements destinés à l'administration pénitentiaire, la police, le gendarmerie, l'armée ou la grande distribution. 
Intégrée elle aussi à la nouvelle filière de santé de la Région, elle est en charge de la confection des masques et des surblouses. 

Des équipements agréés, recyclables et 100% occitans

Deux types de masques sont fabriqués par ces deux entreprises : Selon le conseil régional, ces masques de haute qualité, répondent aux tests les plus exigeants. Leurs performances ont été mesurées par les laboratoires de la Direction Générale de l'Armement (DGA). Ils sont respectueux de l’environnement car recyclables, lavables et réutilisables, et ont une durée de validité avant péremption de 7 ans.

A ce jour, 1 million de masques produits par ces deux entreprises a déjà été commercialisé. 6 millions ont été commandés et devraient être commercialisés d'ici fin décembre 2020. Via l'entité Occitanie Protect qu'elle a créée, la Région est actionnaire de ces entreprises. C'est elle aussi qui leur cherche des commandes, a souligné la présidente du conseil regional, Carole Delga, en visite chez Adient ce jeudi. 

Adient et Biotex fabriquent aussi des surblouses et des sur-chaussures à destination des professionnels de santé.

Une seule filière pour un double enjeu

L'enjeu de cette création est double, pour le Région. Occitanie Protect doit :

La Région investit dans des entreprises qui permettent de retrouver de la souveraineté, c'est-à-dire de l'indépendance. Si jamais il y a de nouveau une crise sanitaire importante, nous n'aurons pas besoin d'aller en Chine chercher des masques. Les masques seront produits ici avec de l'emploi local.

Carole Delga, présidente de la région Occitanie

Au lancement du projet, 145 entreprises d'horizons divers avaient été recensées dans toute l'Occitanie par Ad'Occ, l'agence régionale de développement économique. Le conseil régional tablait alors sur une mise oeuvre réelle de cette filière en 2021 et estimait qu'elle pourrait générer la création de 1 000 emplois.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société entreprises économie automobile