Départementales 2021 en Ariège : la gauche soutient la présidente sortante avec LFI en embuscade

C'est une femme, Christine Téqui, qui dirige l'Ariège depuis le 8 novembre 2019. Une première dans ce département socialiste. La bannière rose du PS est quasi assurée de flotter encore au delà du 27 juin, sur ces hauteurs des Pyrénées, comme c'est le cas depuis plus de 70 ans.

Foix - Conseil départemental de l'Ariège - archives.
Foix - Conseil départemental de l'Ariège - archives. © Conseil départemental de l'Ariège.

Alors que la campagne électorale officielle débute, ils seront 51 binômes sur la ligne de départ pour se disputer les 13 cantons en Ariège.

Malgré l'émergence de nouvelles forces politiques dans le département, la majorité socialiste, en large supériorité numérique lors de la précédente mandature, semble trop ancrée dans le territoire pour imaginer un basculement du Conseil départemental. Christine Téqui, devenue la première femme présidente de l'Ariège en 2019, suite à la démission surprise d'Henri Nayrou, pourrait donc conserver son poste à l'issue du scrutin de juin.

Christine Tequi, présidente du conseil départemental de l'Ariège.
Christine Tequi, présidente du conseil départemental de l'Ariège. © Florent Raoul/MaxPPP

Le PS et LFI en force

Deux listes seront représentées dans chacun des treize cantons. D'une part, la majorité socialiste sortante, qui se présente avec ses alliés sous la bannière "Ariège avenir commun". Le PS, en cas de victoire, prolongerait ainsi un règne qui dure depuis plus de soixante-dix ans sur le département.
D'autre part, la France Insoumise et ses alliés, réunis sous l'appellation "Ariège populaire". Après avoir conquis les deux postes de députés en 2017, les Insoumis entendent maintenant faire leur entrée au conseil départemental.

Toujours à gauche, le PCF présente quatre binômes, sous le nom "Ariège en commun" (Arize-Lèze, Mirepoix, Couserans Est, Couserans Ouest). La liste "Vraiment à gauche, vraiment écolo", consituée de membres EELV, PCF et Génération.s, sera quant à elle présente dans trois cantons (Foix, Haute-Ariège, Sabarthès).

LREM et LR absents officiels

La liste "ADN Ariège", créée à l'occasion de cette élection, constitue l'une des curiosités de ce scrutin, et sera présente dans cinq cantons (Arize-Lèze, Val d'Ariège, Foix, Couserans Est, Couserans Ouest). Un collectif citoyen dont la démarche rappelle celle d'ESA, "Equipe au service des Ariégeois", qui avait créé la surprise en 2015 en l'emportant dans trois cantons. Mais là où ESA penchait à gauche, les binômes ADN Ariège se situent plus au centre, proches de La République en Marche, même si le parti présidentiel ne soutient officiellement aucune liste dans le département.

Outre LREM, Les Républicains sont les grands absents de cette élection. Cependant, les deux binômes d'opposition sortants étiquetés "Républicains modérés et indépendants" sont candidats à leur propre succession en Portes d'Ariège et Portes du Couserans. Quant au Rassemblement National, l'un des rares partis à se présenter en tant que tel, il présentera des binômes dans cinq cantons (Portes d'Ariège, Pamiers 2, Val d'Ariège, Mirepoix, Pays d'Olmes).

Il y a aussi ceux qui partent en indépendants. Certains de manière choisie, comme les influents maires de l'Hospitalet-près-l'Andorre, Arnaud Diaz (Haute-Ariège) et de Saint-Girons, Jean-Noël Vigneau (Couserans Ouest). D'autres de façon subie, comme les conseillers sortants Jacques Laffargue (Pamiers 1) et Patrick Laffont (Mirepoix), écartés de la majorité sortante, qui feront donc face à leurs anciens binômes, respectivement Marie-France Vilaplana et Nicolle Quillien.

L'ours, le numérique et la pauvreté

Quelle que soit la nouvelle équipe départementale élue au soir du 27 juin, les dossiers chauds ne manqueront pas. On peut penser en premier lieu à la question de l'ours, qui cristallise les tensions depuis 20 ans entre les différents acteurs du département, à commencer par une profession pastorale de plus en plus excédée. La mandature actuelle a manifesté à de nombreuses reprises son soutien aux éleveurs, et son hostilité envers la gestion de l'ours par le gouvernement.

Par ailleurs, l'attractivité du territoire, la transition énergétique, le déploiement du très haut débit seront également des enjeux majeurs à très court terme.

Mais il faudra avant tout relancer une économie en plein marasme, dépendante d'un marché de l'aéronautique qui tourne aujourd'hui au ralenti.
Depuis un an en Ariège, le nombre de bénéficiaires du RSA a augmenté de 10% et les dépenses sociales ont augmenté de 3,4 millions d'euros pour atteindre 121 millions en 2021, soit 44% du budget annuel du département.

© Conseil départemental de l'Ariège.

L'assemblée départementale sortante compte 26 élus. La majorité de gauche, socialistes et DVG, en totalise 22 sur 26, dont 16 PS avec en plus 4 DVD. Le département de l'Ariège gère un budget de plus de 270 millions d'euros.

La composition du Conseil départemental depuis 2015.

Débats sur France 3

France 3 Occitanie organise des débats pour les Départementales 2021 en Occitanie.

Lundi 7 juin :

Lundi 14 juin :

Mercredi 16 juin :

Retrouvez les dernières infos sur les Départementales en Occitanie.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections parti socialiste la france insoumise