"En ce moment, l'ours broute comme une vache" mais pour autant raffole-t-il vraiment du miel ?

L'image du "gentil ourson" est souvent associée à un pot de miel. Mais dans la vraie vie des ursidés, l'ours des Pyrénées est-il vraiment un danger pour les ruches dans la montagne ? En Ariège, dans la nuit du 23 au 24 mars 2024, un ours a détruit deux ruches. Est-il friand de miel ? Éléments de réponse.

L'idée selon laquelle les ours aiment le miel est-elle un mythe ou une réalité ? Dans les faits, plusieurs fois dans l'année et particulièrement dans les Pyrénées, les ours s'en prennent à des ruches. Les détruisant afin d'en manger le miel. Est-ce que l'ours se nourrit principalement de miel ? Voici quelques réponses.

L'ours aime-t-il le miel ?

Les attaques d'ours contre les ruches sont reconnues. Sur l'année 2023, les ours ont visité et basculé 25 ruches qui étaient peu ou pas protégées, nous précise Alain Reynes. "Le miel, c'est bon. L'ours aime ça", reconnaît le directeur de Pays de l'ours-Adet. Mais dans les Pyrénées, si les attaques sont certes rares, elles font des dégâts irrémédiables sur les ruchers. Dans l'Ariège à Ustou dans la nuit du samedi au dimanche 24 mars 2024, un apiculteur a perdu ses deux ruches suite à l'attaque avérée d'un ours.

Le miel ou les abeilles ?

Au cours de son attaque, l'ours ne fait pas dans le détail. Certes, il se régale du miel, mais il engloutit au passage l'ensemble des abeilles et leurs larves qui sont une source de protéines. Manger du miel permet à l'ours de renforcer son système immunitaire. Il n'a aucune difficulté pour ouvrir la ruche avec ses pattes habiles.

"Le miel, c'est du sucre. Ce n'est pas ce dont l'ours a le plus besoin", poursuit Alain Reynes. Le miel et le couvain, c'est une part anecdotique de son alimentation. À cette époque -ci, les ruchers sont placés assez bas car il n'y a pas de fleurs en altitude. Et au printemps, les ours, eux, descendent pour chercher de la nourriture.

Sur le site Pays de l'ours, il est précisé que : "les dégâts aux ruches, pour le couvain (œufs et larves d’abeille), sont anecdotiques en Pyrénées occidentales. En Pyrénées centrales, les dégâts ont quasiment disparu également suite à la mise en place de clôtures électrifiées autour des ruchers concernés."

Le miel, un aliment essentiel du régime alimentaire de l'ours ?

L'ours est omnivore. Sur une année, son alimentation va être composée à 75-80% de végétaux et de 20 à 25% d'animaux (insectes, carcasses, bétail domestique). L'ours est donc globalement un herbivore. "Mais, c'est un généraliste. Sa source de nourriture est très diversifiée", explique Alain Reynes.

L'ours est un omnivore, majoritairement herbivore. Un généraliste, spécialisé à tout moment.

Alain Reynes, directeur de Pays de l'ours-Adet

En fait, l'ours se concentre sur ce qui est à disposition. Il change donc très souvent de menu et de régime alimentaire. "En étudiant les crottes de l'animal, on s'aperçoit qu'il y a très peu d'aliments différents", poursuit le spécialiste. Mais les proportions varient selon les saisons.

"En ce moment, l'ours broute comme une vache"

Le plantigrade est un opportuniste de nature. Il mange ce qu'il trouve dans son environnement. En particulier, lorsqu'il sort affamé de sa période d'hivernation. En fin d'hiver, les ressources comestibles sont plutôt rares. Il mange donc ce qu'il a à sa disposition. "S'il tombe sur un rucher, il en saisit l'opportunité. Mais si les ruches sont protégées, il n'y touchera pas", affirme Alain Reynes.

Qu'est-ce qui est disponible pour l'ours à la sortie de l'hiver ? À cette période, "il se nourrit d'aliments à base de végétaux herbacés. En ce moment, il broute comme une vache". L'ours se nourrit également d'animaux morts pendant l'hiver et qui ont été conservés par le froid au fond des couloirs d'avalanche. Et puis, autre source alimentaire : les fruits secs de l'automne précédent comme des faines, des noisettes.

Un menu qui varie au fil des saisons

En cette fin mars, avec le printemps et la fonte des neiges, le garde-manger des ours s'étoffe. Les ours mâles "préparent leurs réserves pour aborder le rut dans de bonnes conditions, indique le Groupe Ours Pyrénées. Ils seront tellement occupés à courir de droite à gauche pour trouver des femelles qu’ils auront besoin de beaucoup d’énergie et des réserves accumulées grâce aux faines et aux glands."

Son menu va évoluer au fil des saisons. En avril, il est composé de beaucoup de végétaux herbacés, mais aussi de fruits secs et de faune sauvage. En octobre, ce sera peu d'herbacés et beaucoup de fruits secs et charnus. En août, il peut s'attaquer au bétail domestique dont la protection n'est pas systématique comme en Espagne. Mais cela ne représentera que 10% de son alimentation, selon Alain Reynes. L'été, l'ours raffole des fruits charnus comme les framboises et les myrtilles.