"Je passe par des phases de dépression", son agresseuse condamnée, l'élue tabassée par une voisine espère tourner la page

L’affaire remonte à 6 mois. Une conseillère municipale de Laroque d’Olmes est agressée par une habitante du village. L’auteure de l’agression a été condamnée à 5 mois de prison avec sursis. La circonstance aggravante de la qualité d’élue de la victime n’a pas été retenue.

Cinq mois de prison avec sursis et une injonction d’éloignement. Ce jeudi 14 décembre, la femme, auteure de l’agression contre une conseillère municipale de Laroque d’Olmes a été condamnée à la peine maximale par le tribunal correctionnel de Foix.

La qualité d’élue de la victime non retenue

Un verdict satisfaisant pour l’avocate de la mère de famille à l’origine de cette agression. La qualité d’élue de la victime, une circonstance aggravante, n’a pas été retenue. “Le tribunal a validé cette version qui est, à mon avis, la seule vérité judiciaire dans ce dossier”, réagit Pauline Quintanilha, l’avocate de la défense. Sa cliente reconnaît et dit regretter l’agression.

Pour la victime, la conseillère municipale, Marie-Claude Grauby, le verdict est plus difficile à accepter. “Je ne suis pas totalement satisfaite, il a été dit beaucoup de mensonges”, confie-t-elle à la sortie de l’audience.  “Mais bon, il y a eu une sanction, c’est ce qu’elle méritait.” Un constat partagé par son avocat. “Nous pouvons regretter que la circonstance aggravante de la qualité d’élue de ma cliente n’ait pas été retenue. Un choix a été fait. On a retenu la circonstance aggravante du fait de son âge”, déclare maître Ludovic Sérée-De Roch. “Le maximum a été prononcé par la justice et je crois que c’est ce qu’il faut retenir dans ce dossier.

De multiples coups au visage

En juin 2023, Marie-Claude Grauby avait été agressée dans la rue par une mère de famille de sa commune. Elle a reçu de multiples coups au visage.

À lire aussi : Une élue victime d'une violente agression : "je ne pouvais pas me défendre, j'ai cru que j'allais mourir"

À l’origine de l’agression, plusieurs rappels à l’ordre de la conseillère municipale, chargée des incivilités. L'auteure de l'agression n’a pas supporté qu’elle réprimande son fils.

Le soutien du maire de Laroque-d’Olmes

L’audience a débuté en fin de matinée ce jeudi 14 décembre. Le maire de Laroque-d’Olmes est venu soutenir sa conseillère municipale. Lui-même a été victime d’une agression physique devant la mairie un an plus tôt. Mais l’auteur des faits a été relaxé pour irresponsabilité pénale. “Il ne faut plus laisser passer ce genre d’agression”, réagit Patrick Laffont. “Si on ne dit rien, si on le banalise, si on en arrive à être fataliste, demain, on va voir les gens se faire agresser autour de nous et plus personne ne dira quoi que ce soit parce qu’on saura que la justice ne les punira plus.”

À lire aussi : Le maire de Laroque d’Olmes alerte sur les réseaux sociaux de la remise en liberté de son agresseur sorti d'hôpital psychiatrique


Marie-Claude Grauby est restée très traumatisée par son agression et redoutait la confrontation. “Je passe par des phases de dépression”, confie-t-elle. “Je ne suis pas bien. Après, j'ai des occupations quand même, j’ai des amis, je suis bien entourée. Mais ça fait des mois que je ne dors plus la nuit.”

Grâce au verdict rendu par la justice, Marie-Claude Grauby espère enfin pouvoir tourner la page.