Mort d'une ourse en 2020 : un chasseur condamné à 2 ans de prison et à payer plus de 17.000 euros

L'homme accusé d'avoir tué une ourse brune lors d'une chasse au sanglier à Ventanilla en Espagne, en novembre 2020, a été condamné ce mardi 27 février 2024 à deux ans de prison et quatre ans d'interdiction de chasser. L'occasion de faire le bilan sur les attaques attribuées à l'ours dans les Pyrénées.

Le chasseur qui a tué un ours en novembre 2020 en Espagne vient d'être condamné à deux ans de prison ferme, selon la presse espagnole du 27 février 2024. Parallèlement, il semblerait que les attaques imputées à l'ours en Ariège soient en baisse.

Deux ans de prison ferme

C'est la peine qui avait été réclamée par le tribunal de Palencia le 9 février dernier. L'homme accusé d'avoir tué une ourse brune lors d'une chasse au sanglier à Ventanilla en Espagne en novembre 2020 a été condamné à deux ans de prison et quatre ans d'interdiction de chasser.

L'accusé doit également payer 17 505,95 euros à la Junta de Castilla y León au titre de responsabilité civile. Cet habitant de Velilla del Río Carrión, a donc été reconnu coupable d'un délit contre la faune pour avoir causé la mort d'un ours accompagné d'un ourson.

Un geste volontaire selon le tribunal

"Le chasseur occupait la meilleure position de toutes, dans la zone la plus haute et avec la meilleure vision lorsqu'il a tiré sur l'ours avec son fusil de précision à une distance d'environ 40 mètres", a précisé le tribunal. Il n'aurait donc laissé aucune chance au plantigrade.

La justice espagnole a considéré que "l'accusé avait eu suffisamment de temps pour apprécier le type d'animal qu'il a abattu et connaissait suffisamment l'espèce d'ours brun, compte tenu de l'endroit où il se trouvait". La fondation Ours Brun, qui s'était portée partie civile s'est dite satisfaite de ce jugement.

De moins en moins de dégâts dus à l'ours

Dans les Pyrénées, On estime à 76 le nombre d'ours vivant dans le massif fin 2022. À cela viennent s'ajouter les portées nées en 2023. Depuis 1996, date du début de sa réintroduction dans le massif, 11 ours ont été relâchés. Melba a été retrouvée morte en 1997, Palouma et Franska en 2007, Balou et Sarousse en 2014.

Dans un communiqué envoyé en novembre 2023, l'association FERUS qui défend l'animal assure que les ours causent de moins en moins de dégâts en Ariège, chiffres à l'appui : "Il y a eu 682 animaux prédatés, c'est 22% de moins qu'en 2022", écrit FERUS. "Il s'agit aussi du 2ème chiffre le plus bas depuis 2019".