Tourisme : les gîtes et hôtels peinent à se remplir en Occitanie pour les vacances la Toussaint

Les professionnels du tourisme en Occitanie voient leurs réservations chuter pour les vacances de la toussaint par rapport à 2021, en raison de l'inflation ou de la pénurie d'essence.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Les vacances de la toussaint approchent, mais elles ne s'annoncent pas florissantes pour les professionnels du tourisme en Occitanie. En Ariège, les gites connaissent une baisse de fréquentation de 15% par rapport à 2021.

Annick et Didier Pascual, propriétaire d'un gîte ariégeois à Montferrier, n'ont réussi à louer qu'un seul hébergement sur les deux, qu'ils ont récemment rénové, pour ces deux semaines de vacances automnale.

"Ils ne réservent pas énormément de temps à l'avance. En règle général 15 jours, trois semaines maxi", explique Annick Pascual, tout en disposant les serviettes dans une salle de bain du gîte.

Une baisse de 25 à 30 % des réservations en Occitanie

Les nombreuses difficultés, inflations ou encore pénurie d'essence, expliquent une baisse de 25 à 30 % des réservations en Occitanie par rapport à l'an dernier, selon la prévision du secteur de l'hôtellerie.

À Albi, dans un des hôtels du centre-ville, seulement 20 chambres sur 50 sont réservées, 20 % de moins par rapport à la même période en 2021. Une crainte revient chez les touristes, le manque d'essence.

"On a quelques annulations, mais surtout des personnes qui sont inquiètes qui nous appellent pour savoir si elles peuvent se ravitailler en essence, si les stations du Tarn sont approvisionnées", rapporte Julien Bezio, assistant à l'hôtel Mercure d'Albi.

Voyager à côté de chez soi

Dans la cité épiscopale, les touristes se font plus rare. La plupart vient de destinations proches.

Gisèle et Jean-Paul, originaires de Montpellier, ont fait seulement "400 kilomètres" pour se promener, mais ils ne se voyaient pas faire "800 ou 1.000 kilomètres en ce moment pour aller visiter quelque chose au bout de la France en Espagne ou en Italie", ajoute le retraité.

Voyager à côté de chez soi appelé aussi la staycation est une tendance de plus en plus observée chez les vacanciers.

Les touristes se disent "finalement, je passe mes vacances chez moi en priorité, donc je vais découvrir le territoire, car souvent" c'est le lieu de vie qui est le moins connu par les habitants eux mêmes, détaille Stéphanie Thonon, directrice de l'office du Tourisme d'Albi.

Les professionnels du secteur comptent notamment sur cette clientèle de proximité et les réservations de dernières minutes pour sauver les vacances de la Toussaint.