Une cure thermale pour soigner le burn-out en Ariège

Publié le
Écrit par Ophélie Le Piver avec Geoffrey Berg

Une cure thermale pour les personnes souffrant de burn-out est proposée à Ussat-les-Bains en Ariège. A l’aide de massages, de marches et de repos elle entend soigner l’épuisement professionnel.

C’est bien connu, l’eau thermale et les soins qui l’accompagnent apaisent les maux du corps. Mais ils agissent également sur l’esprit. A Ussat-les-Bains, la station thermale est réputée pour ses eaux qu’elle met au service des victimes de burn-out.

3 semaines pour se régénérer

Le programme de remise en forme s’étend sur trois semaines, le temps pour les curistes de se régénérer et de se couper de leurs tracas quotidiens. “Je vivais avec 3 téléphones, je travaillais 50 heures par semaine”, se souvient Caroline, une commerciale en arrêt pour burn-out depuis la mi-février. “J’enchainais les cafés, les cigarettes, pas de pause déjeuner, on mange dans la voiture entre deux rendez-vous en répondant au téléphone… et à un moment donné le corps craque, il dit stop.” Rapidement, son médecin traitant lui propose cette cure thermale, comme une alternative à la prise de médicaments. 

Outre les vertus thérapeutiques de son eau, la cure offre un calme indispensable pour se régénérer. Un sas où chacun prend du temps pour soi et retrouve son équilibre. Virginia est assistante dentaire. En arrêt de travail pour longue maladie, elle ressent déjà les effets positifs de la cure. “Je ne dormais pas bien du tout, beaucoup de réveils nocturnes et depuis je m’endors mieux et je ne me réveille quasiment plus, une seule fois par nuit alors qu’avant ça pouvait être 6-7 fois”, confie-t-elle.

Des profils très divers

Le burn-out touche principalement des personnes jeunes, hommes et femmes, dont les habitudes toxiques engendrent de lourdes pathologies pouvant aller jusqu’à la dépression. “Au cours de nos soins thermaux, on avait constaté que les personnes souffrant de burn-out avaient besoin d’un accompagnement spécifique”, se souvient Emilie Boutin, la coordinatrice du programme cure anti burn-out. “Le burn-out n’est pas seulement professionnel, il y a des personnes qui viennent à la suite de maladies longues ou chroniques, ou suite à des burn-out familiaux.”

Le moment de la cure permet aussi à ceux qui en sont victimes de partager leur expérience et de relativiser comme en témoigne Virginie, une professeur des écoles au terme de ses 3 semaines de cure : “On a pu voir que des personnes venaient d’horizons professionnels ou géographiques complètement différents du nôtre et qui vivaient les mêmes choses que nous. Et le fait d’avoir cet effet groupe, ça fait un bien fou ! Ça libère de beaucoup de choses ! ”

Un programme entre soins et activités de relaxation

Chaque matin, les curistes profitent de bains, de massages et de temps de repos. Un programme complété par des activités l’après-midi comme de la sophrologie, des exercices de respiration ou encore des groupes de parole. Tout est organisé pour guérir la fatigue émotionnelle de chaque malade. “Je me sens complètement revigorée”, se réjouit Virginie. “Je suis arrivée il y a 3 semaines dans un très mauvais état, j’étais triste, je me sentais vidée, pas bien. Et avec tous les ateliers qui ont été mis en œuvre, je me sens pleine d'énergie et prête à repartir, je suis reposée.”

Une partie prise en charge par la sécurité sociale

Cette cure est accessible sur prescription médicale (du médecin traitant ou d’un psychiatre) et est en partie remboursée par la sécurité sociale.