Variole du singe : l’Andorre s'inquiète de la transmission du virus aux animaux domestiques

Publié le Mis à jour le

Les contaminations au monkeypox inquiètent les autorités d’Andorre, qui craignent que le virus ne se transmette aux animaux domestiques, notamment les chats. Des mesures préventives sont publiées pour les protéger.

La variole du singe menace-t-elle la santé des animaux de compagnie ? En Europe, les contaminations humaines sont pour l’heure limitées mais se multiplient rapidement. En Espagne, deux personnes sont déjà décédées des suites de complications à la suite d’une infection au monkeypox. 

Présentée par l’OMS comme une “maladie rare” implantée dans les régions isolées d’Afrique centrale, la variole du singe peut se transmettre de l’animal à l’Homme lors de contacts directs et prolongés avec certaines espèces animales. Les animaux de compagnie sont aussi concernés, alerte mercredi le gouvernement d'Andorre.

Masque, gants, produits désinfectants 

Plusieurs mesures sont recommandées par les autorités d’Andorre pour empêcher les animaux de compagnie d’être infectés à leur tour. Si le propriétaire est infecté par le monkeypox, il doit limiter ses interactions avec ses animaux domestiques, préconise le gouvernement d’Andorre. Le port de gants et d’un masque de type FFP2 à la maison est également recommandé “lorsque vous restez dans des espaces fermés et qui sont partagés avec des animaux de compagnie”. 

Les mesures d’hygiène telles que le nettoyage régulier des sols, l’utilisation de produits désinfectants sur toutes les surfaces sont vivement encouragées. “Vous devez vous lavez les mains avant et après avoir interagi avec les animaux de compagnie”, rappelle le gouvernement  d’Andorre. 

Les chats, des "foyers de propagation" du virus

Selon le communiqué des autorités, cette maladie “peut finir par infecter les animaux domestiques les plus fréquents, en particulier les chats”. Les félins peuvent en effet entrer régulièrement en contact avec des rongeurs, qui sont potentiellement eux-mêmes des animaux porteurs du virus. Ils peuvent ainsi devenir un “foyer de propagation du virus à l'homme ou à d'autres animaux", rappelle le communiqué des autorités. 

Une fois qu’un animal est contaminé au monkeypox, les symptômes sont divers. Comme chez l’Homme, il peut y avoir des lésions cutanées, de vives inflammations, des difficultés respiratoires, voire une pneumonie. “Chez les chatons et les chats immunodéprimés, la variole du singe peut même être mortelle”, avertit l’Andorre.

Une fois qu’un animal est contaminé au monkeypox, les symptômes sont divers. Comme chez l’Homme, il peut y avoir des lésions cutanées, de vives inflammations, des difficultés respiratoires, voire une pneumonie. “Chez les chatons et les chats immunodéprimés, la variole du singe peut même être mortelle”, avertit l’Andorre.

En France, la prudence est de mise

En France, l'Anses a été saisie en urgence au mois de juin 2022 sur cette question. L'Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale dans un premier avis estime que "dans la littérature scientifique disponible, les données relatives à la réceptivité des animaux de compagnie vis-à-vis de la variole du singe sont très limitées voire absentes, l’Agence souligne donc que les conclusions de son expertise sont susceptibles d’évoluer."

Elle recommande néanmoins des mesures de précaution pour les personne est infectée par le virus de la variole du singe: 

  • éviter au maximum les contacts entre l’animal et la personne infectée, idéalement en faisant garder son animal par une autre personne le temps de l’isolement ;
  • avant chaque contact avec son animal, se laver les mains, puis porter des gants et un masque à usage unique.

Une nouvelle expertise sur le sujet est annoncé pour fin 2022 "sur l’évaluation des risques de transmission du virus à la faune péridomestique (notamment les rongeurs) et à l’environnement ainsi que les mesures à prendre pour la prévenir et la surveiller." Une évaluation du risque d’importation du virus par des animaux contaminés sera également menée.