• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Quatre maternités sous surveillance en Midi-Pyrénées

© AFP
© AFP

La Cour des Comptes réclame des vérifications "rigoureuses" du fonctionnement des établissements qui ont une activité inférieure au seuil de 300 accouchements par an. En Midi-Pyrénées, c'est le cas des maternités de Lourdes, de Saint-Girons, de Saint-Affrique et de Decazeville. 

Par Marie Martin

Les petites maternités doivent faire l'objet d'un contrôle accru et "fermer sans délai" dans le cas où elles ne pourraient respecter les normes de sécurité, estime la Cour des comptes dans un rapport publié vendredi. Une quinzaine d'établissements, fonctionnant à titre dérogatoire, est visée en particulier.

Les sages de la rue Cambon réclament des vérifications "rigoureuses" du fonctionnement des établissements qui ont une activité inférieure au seuil de 300 accouchements par an.
C'est le cas des maternités du centre hospitalier Ariège-Couserans à Saint-Girons en Ariège (219 accouchements en 2013), du centre hospitalier de Lourdes dans les Hautes-Pyrénées (234), du centre hospitalier de Decazeville en Aveyron (296) et enfin de Saint-Affrique en Aveyron (249). 

Dérogations

"Un nombre significatif de petites maternités a été maintenu en dépit d'une baisse globale de leur nombre de 35% depuis 2002", peut-on lire dans le rapport.
"En 2013, 13 maternités réalisant moins de 300 accouchements demeuraient en fonctionnement par dérogation (...) et 35 autres maternités avaient une activité faible, comprise entre 300 et 500 accouchements", est-il précisé.
La Cour s'alarme également des "résultats médiocres de la France" en matière de périnatalité, le pays occupant le 17e rang européen pour la mortalité néonatale (dans les 27 jours suivant la naissance), avec un taux de 2,3 pour 1.000.

Difficultés de recrutement

Elle souligne en outre les "difficultés de recrutement" des personnels qualifiés (gynécologues-obstétriciens, anesthésistes-réanimateurs, pédiatres, notamment), rencontrées en particulier dans les zones géographiques les moins attractives ou les plus isolées, ainsi que le "faible taux d'occupation des lits", source de difficultés financières.

Mutualisation

Livrant neuf recommandations, la Cour des comptes préconise notamment de "contrôler la sécurité du fonctionnement des maternités bénéficiant d'une autorisation d'ouverture par dérogation au seuil de 300 accouchements par an, et plus largement dans l'ensemble des petites maternités, et les fermer sans délai en cas d'absence de mise en conformité immédiate".
Elle prône aussi l'analyse systématique des résultats de périnatalité des maternités, de "redéfinir" leur "modèle économique", ou encore, "pour les maternités isolées dont le maintien serait jugé nécessaire, (d')établir un cadre de financement et des dispositifs de mutualisation d'équipes appropriés".

Voir ici le reportage de Laurent Winsback et Pascal Dussol de France 3 Midi-Pyrénées : 

Maternité Saint-Girons



Sur le même sujet

Agressions sexuelles sur mineurs à Sorède : des parents des victimes présumées dévastés témoignent

Les + Lus