Aude : 1.300 platanes malades du Canal du Midi seront abattus avant fin 2019

Aude : Canal du Midi - les platanes abattus - archives. / © maxppp CHRISTOPHE BARREAU
Aude : Canal du Midi - les platanes abattus - archives. / © maxppp CHRISTOPHE BARREAU

Depuis 2006, plus de 22.000 arbres malades sur les 42.000 platanes contaminés par le chancre coloré du Canal du Midi ont été tronçonnés. Et une 2e grand campagne d'abattage débute cet automne. 1.300 arbres supplémentaires seront éliminés et brûlés avant fin 2019, principalement dans l'Aude.

Par Fabrice Dubault et Jean-Michel Escafre


Sur les berges du Canal du Midi, une nouvelle campagne d’abattage des platanes malades du chancre coloré va débuter... 1.300 platanes en moins, d’ici à la fin 2019.
 

Plus de 50% des platanes malades ont été abattus depuis 2006


On atteint un volume symbolique, plus de la moitié des platanes malades ont été abattus et brûlés.

22.400 arbres précisément ont été tronçonnés depuis 2006, sur un total de 42.000 arbres contaminés par le champignon.
Les chantiers d’abattage se situent surtout dans le département de l’Aude avec 32 communes concernées, puis dans l’Hérault et enfin en Haute-Garonne.
Des platanes qui disparaissent du paysage du Canal du Midi, mais aussi du canal de jonction et de celui de la Robine.
 

Quelles solutions alternatives à l’abattage ?


Depuis 2016, le CETEV, basé près de Toulouse, mène des recherches et effectue des tests. Le CETEV, c’est le Centre d’expertises en techniques environnementales et végétales.

VNF, voies navigables de France, qui gère le Canal du Midi, a mis à disposition des scientifiques plus de 300 platanes. Nous devrions en savoir plus sur l’avancée des travaux de cet organisme, d’ici à la fin de l’année.
Pour l’instant, des micro-injections de fongicides dans les arbres ou des vaccins relèvent de l’utopie.
 

Seule solution, replanter jusqu’en 2023


Les arbres qui vont remplacer les platanes obéissent à un cahier des charges bien précis. Ils sont hauts, massifs et offrent une grande surface d’ombrage. Leurs racines doivent bien maintenir les berges et leur longévité doit atteindre au moins 200 ans.

Dans la liste, on trouve des chênes chevelus, c’est 60% des replantations, mais aussi des micocouliers, des érables ou des peupliers…
 

Adieu le platanor !


Cet arbre a pourtant été massivement planté en 2011. Mais depuis 2015, la direction régionale de l’agriculture et de la forêt de Rhône-Alpes estime que le platanor peut être perméable au champignon du chancre coloré. Voies navigables de France a donc arrêté sa plantation.

Aujourd’hui, les 500 Platanors qui jalonnent les berges de Trèbes dans l'Aude restent sains mais sous haute surveillance.
 

Le coût de l’abattage


L’Etat, les collectivités territoriales et Voies navigables de France font front commun financier pour sauver les berges du Canal du Midi.

Sur la période 2019/2021 :
 
  • VNF participe à hauteur de 13,6 M€
  • La Région Occitanie : 3,5 M€
  • Le département de l’Aude et les communes traversées par le canal : 1,1 M€
  • Le reste est financé par le mécénat : 2,3 M€

La concertation avec le département de l’Hérault est en cours.

Le coût total de l’abattage et de la replantation est de 21 millions d'euros.

Cet hiver, Voies navigables de France va planter 2.500 arbres. Au total, 10.800 sujets ont été plantés depuis 2011.

Sachant que les platanes majestueux qui résistent encore au chancre coloré sont là depuis le XIXe siècle, il faudra 20, peut-être 30 ans avant que le Canal du Midi ne retrouve un paysage feuillu et ombragé.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus