Cinéma : Arielle Dombasle tourne à Limoux "la fille et le garçon" de Jean-Marie Besset

C'est un tournage occitan. Le dramaturge Jean-Marie Besset, fondateur du festival Nava, Nouveaux Auteurs dans la Vallée de l'Aude, met en scène et réalise un film sur les rapports amoureux entre deux couples que tout opposent. Une liaison sentimentale contemporaine et littéraire.
Arielle Dombasle sur le plateau du film de JM Besset "La fille et le garçon"
Arielle Dombasle sur le plateau du film de JM Besset "La fille et le garçon" © France 3

Limoux place forte de la blanquette du même nom, serait-elle en train de se découvrir un attrait particulier pour le cinéma. Le dramaturge limouxin, Jean-Marie Besset a choisi le décor de cette petite ville audoise ou le temps semble s'être arrêté dans les années 70', pour y tourner son dernier film "La fille et le garçon".

Jean- Marie Besset qui a grandi dans cette ville est toujours resté attaché à ses racines. Homme de lettres, de théâtre, il fut par le passé directeur du  Centre d'Art Dramatique de Montpellier, les Treize Vents. Auteur passionné de littérature américaine, anglaise et par les grands classiques français, Besset avait écrit la fille et le garçon, il y a quelques années mais n'avait jamais pu le jouer au théâtre. 

Le cinéma en secours de la pièce

Avec le metteur en scène français, Régis de Martrin-Donos avec qui il collabore régulièrement, il décide d'adapter en pleine pandémie, sa pièce. Le tournage débute au coeur de l'été au mois d'août dans l'hôtel de Montesquieu à Limoux. Les 4 comédiens ont enchaîné les prises sous l'oeil du réalisateur limouxin. 

La fille et le garçon de Jean- Marie Besset en tournage à Limoux (11)
La fille et le garçon de Jean- Marie Besset en tournage à Limoux (11) © France 3

 

Comme on ne peut plus jouer au théâtre j'ai décidé d'adapter cette pièce pour le cinéma

Jean-Marie Besset

La fille et le garçon un plaidoyer pour une vision littéraire du monde

Le film est donc adapté en quelques semaines. Jean-Marie Besset se met en quête d'une ville, d'acteurs et d'une équipe pour tourner son film. Ce sera Limoux, une ville qu'il connait bien.

Pour les acteurs, il pense à Arielle Dombasle qui emballée par le scénario dit oui pour jouer le rôle d'une femme bourgeoise installée en Occitanie avec son mari, un essayiste spécialiste de Diderot, un rôle campé par le comédien Aurélien Recoing. Pour les deux autres rôles, Jean-Marie Besset choisit deux autres jeunes acteurs,  Mina Kavani et Louka Meliava. 

Elle, d’origine iranienne, intérimaire, partage avec lui un studio modeste dans une barre d’immeubles HLM. Lui, Denis, fils d’Albanais immigrés, est employé par l’entreprise qui rénove le bel appartement du centre-ville de Jean et Paula, Arielle Dombasle. La séduction que Denis exerce sur le couple d’intellectuels rend jalouse Malina, Mina Kavani à l'écran qui s’insurge d’abord, avant de rentrer dans le jeu.

Le rapport des couples glisse de la prostitution à l’amitié, du sexe à une affection plus sincère, de l’amour enfin à la famille, famille d’un nouveau genre, désir d’enfant compris. Jusqu’à une épreuve finale, venant du monde extérieur, dont ils triompheront peut-être.

Défi à la loi morale, à la loi sociale ? Désagrègement d’une utopie, ou prémices d’un nouvel ordre amoureux ? Ce « couple à quatre » fait le pari d’une vie en commun avec la génération à venir.

Mais si les deux jeunes immigrés offrent aux deux Français l’occasion inespérée d’un ressourcement et d’un passage de relais générationnel, Jean et Paula ont quelque chose à offrir en échange : leur conscience universaliste, leur défense de la liberté du désir, dans sa culture et son histoire.

Une équipe de jeunes cinéastes pour tourner. 

Jean-Marie Besset a tourné avec très peu de moyens. 100 000 euros de budget. Il a fait appel à des jeunes cinéastes issus pour la plupart de l'université di Corsica et ont bénéficié d'un partenariat avec le Groupe de Recherche et d'essais cinématographiques. Pour beaucoup c'est une première expérience sur un long métrage.

Sur le plateau du film de Jean-Marie Besset "La fille et le Garçon"
Sur le plateau du film de Jean-Marie Besset "La fille et le Garçon" © France3

Mais au final leur contribution extrèmement professionnelle a séduit les comédiens et le réalisateur. Le tournage qui a commencé mi-août est terminé. Reste la partie post-production. Une aide du CNC devrait permettre de finir le film qui sortira sur nos écrans, si tout tout va bien au printemps 2022.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
cinéma culture région occitanie