Procès du meurtrier d'Erika : Kader Djidel condamné à nouveau à 30 ans de prison dont 18 de sûreté

Ce vendredi 12 mars, au 5ème jour du procès en appel du meurtrier d'Erika au tribunal de Carcassonne, Kader Djidel, condamné en 1ère instance à 30 ans de réclusion a écopé de la même peine à l'issue de la délibération du jury. L'avocate générale avait requis la prison à perpétuité.

Erika a été assassinée en août 2015, dans le Parc Maillol à Perpignan, elle allait avoir 18 ans.
Erika a été assassinée en août 2015, dans le Parc Maillol à Perpignan, elle allait avoir 18 ans. © INA Archives

Lundi, le procès avait donné lieu à un premier rebondissement et à un changement d'attitude de la part de l'accusé : Kader Djidel avait reconnu pour la première fois sa responsabilté. Il avouait enfin être le propriétaire du couteau qui avait causé la mort, avec 35 coups portés, de sa petite-amie Erika Troadec- Elfaquir, retrouvée égorgée et morte en août 2015, dans un parc public à Perpignan (Pyrénées-Orientales).

Puis il reconnaissait "être responsable à 100% de [s]on acte".

En 2019, Kader Djidel avait été condamné par la cour d'assises à Perpignan à 30 ans de réclusion pour l'assassinat d'Erika, avant de faire appel. Des aveux qui n'ont pas semblé émouvoir au moment des réquisitions ce vendredi, dernier jour du procès : c'est la réclusion criminelle à perpétuité qui a été requise à son encontre par l'avocate générale. Celle-ci a rajouté les caractères de préméditation et la notion de guet-apens.

Le verdict des 11 jurés (dont 9 femmes) est tombé peu après 16 heures : Kader Djidel a été reconnu coupable d'assassinat avec préméditation cette fois-ci  et condamné à 30 ans de réclusion dont 18 avec peine de sûreté.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers