L'industrie du cassoulet en difficulté à cause de la grippe aviaire

La crise de la filière palmipède, fragilisée par l'épidémie de grippe aviaire, touche désormais les producteurs de cassoulet et les restaurateurs. En Lauragais, la pénurie guette. Les professionnels de Castelnaudary ont même décidé de faire des stocks, dès maintenant, et jusqu'au mois de mai.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Les stocks de canards et de confits s'amenuisent et les producteurs ne savent pas s'ils arriveront à passer l'été.
Dès avril, avec le "vide sanitaire" demandé par le gouvernement aux élevages du Sud-Ouest, 7 millions de canards devraient manquer pour répondre aux besoins de l'industrie du cassoulet.

De plus, avec la forte demande de palmipèdes, le prix du canard gras s'envole, +50% en quelques jours. C'est une très mauvaise nouvelle pour les abattoirs, les transformateurs mais aussi les conserveries et les restaurants du Lauragais qui vivent de ce négoce.

Les conserveurs emploient 650 personnes à Castelnaudary, dans l'Aude.

Si l'État a annoncé des aides pour les producteurs de canards, 130 millions d'euros, rien n'est prévu en revanche, pour le reste de la filière, abattoirs, transformateurs, restaurateurs.

Reportage F3 LR : J.P.Laval et F.Guibal ©F3 LR