Minervois : les viticulteurs sur la paille après la sécheresse

On savait l'année 2016 mauvaise pour les viticulteurs audois. Un mois après la récolte, le bilan s'avère être catastrophique pour les caves coopératives du Minervois très impactées par la sécheresse. Exemple chez un viticulteur de Laure-Minervois.

A Laure-Minervois, les viticulteurs accusent une baisse de production de 30 a 70% selon les parcelles.
A Laure-Minervois, les viticulteurs accusent une baisse de production de 30 a 70% selon les parcelles. © France 3LR
Il avait produit 113 tonnes de raisins en 2014.  A Laure-Minervois, Jean-Michel Vigot n'a pu vendanger que 67 tonnes cet automne. Pour ce viticulteur comme pour tous ceux de ce terroir audois aride, c'est la question de la survie qui se pose après la sécheresse de 2016.

Jusqu'à 70 % de raisin en moins sur certaines parcelles


A première vue, dans le Minervois, les pieds de vigne revêtent maintenant les couleurs chatoyantes habituelles en cette saison. Mais quand on connaît mieux les cépages, le faible développement des ceps est flagrant et correspond a un stress hydrique bien supérieur à la  sécheresse souvent de mise dans cette contrée aride. 300 millimétres de pluie sur la saison, contre 800 en moyenne.  Ainsi Jean-Michel Vigot, viticulteur à Laure-Minervois, va perdre près de 30% de ses revenus cette année. Difficile dans ces conditions de joindre les deux bouts. Pour lui comme pour l'ensemble des professionnels de la zone.

La coopérative "le cellier Lauran Cabaret" tire le signal d'alarme


Depuis 2014, la production totale de la coopérative située à Laure-Minervois chute de plus de 10.000 hectolitres chaque année, soit un manque à gagner de 2 millions d'euros. Autant de revenus en moins pour les quelques 180 adhérents de la coopérative.
Michel Pastor, président de la coopérative de Laure-Minervois, arpente la cave où de nombreuses cuves restent vides cette année.
Michel Pastor, président de la coopérative de Laure-Minervois, arpente la cave où de nombreuses cuves restent vides cette année. © F3LR
Michel Pastor, président de la cave, n'est pas très optimiste. Selon lui on a atteint le seuil critique de rentabilité. Cela veut dire que la viabilité des exploitations viticoles est remise en cause, mais aussi l'existence même de la cave coopérative et de ses salariés.

Et demain?


Pour parer au plus pressé, la profession attend de l'Etat des mesures de soutien ponctuelles, qui sont déjà en négociation, pour passer l'année. Mais les vignerons espèrent surtout la mise en place rapide de moyens d'irrigation, seule manière pour eux de sauver la viticulture sur ces terres aux rendements ingrats.
durée de la vidéo: 01 min 44
2016 année noire pour les viticulteurs du Minervois ©F3LR

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécheresse météo viticulture agriculture économie social
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter