Narbonne : arrestation de 4 personnes impliquées dans le meurtre de Berriac

Guardia civil et police française côte à côte pour élucider le meurtre d'un trafiquant à Berriac. / © Frédéric Guibal/F3LR
Guardia civil et police française côte à côte pour élucider le meurtre d'un trafiquant à Berriac. / © Frédéric Guibal/F3LR

Coup de filet conjoint de la police à Narbonne et Béziers et de la garde civile à Almeria. 4 personnes ont été arrêtées dans l' l'enquête sur le trafiquant retrouvé mort à Berriac, près de Carcassonne. Les faits remontent à 2013.

Par Sylvie Bonnet avec l'AFP

L'annonce a été faite conjointement, ce vendredi par la garde civile espagnole et la police française réunies auprès du procureur de Narbonne. Il faut dire que l'affaire a mobilisé les enquêteurs depuis 4 ans, lorsque les restes d'un corps ont été découverts à Berriac, près de Carcassonne.

Un trafiquant roumain vivant en Espagne


Lorsque le cadavre est retrouvé en 2014, il s'avère que le meurtre remonte à un an plus tôt. Traces de blessures à l'arme blanche. La victime est identifiée: un jeune Roumain de 28 ans  habitant à Roquetas del mar, au sud-est de l'Espagne. Il avait participé à une livraison de 30 kilos de cannabis, en voiture vers la France. L'enquête montrera que le meurtre s'est produit le 20 octobre 2013. Ce sont les destinataires de la livraison qui ont tué le trafiquant, pour ne pas avoir à le payer, selon la garde civile.

Arrestations à Béziers, Narbonne et en Espagne


Les arrestations ont eu lieu cette semaine. C'est d'abord un Espagnol qui est arrêté à Laujar de Andarax, dans la province d'Almeria. Selon le procureur de Narbonne, l'homme a mis en cause quatre Français dont l'un est rapidement innocenté. Les trois autres, âgés de 20 à 30 ans, sont passés aux aveux, accusant l'Espagnol, un homme de 40 ans, d'être l'auteur de l'agression et d'avoir prémédité son geste.

Confrontation franco-espagnole


D'après le procureur, La France a déposé une demande d'extradition de l'Espagnol, qui sera mis en examen en France à son arrivée, après confrontation avec les trois autres suspects afin de déterminer s'il y a eu ou non préméditation.

Sur le même sujet

Max Brail, maire de Lastours, regrette le manque de soutien de la part de l'Etat

Les + Lus