Aude : vacances solidaires avec Les petits frères des pauvres, "ça fait 20 ans que je n’ai pas nagé"

En ce début de saison estivale, l'association "Les petits frères des pauvres" organise des séjours à destination des seniors isolés. Cette semaine, un groupe venu du Tarn-et-Garonne, a pu profiter des joies du littoral à Saint-Pierre-la-Mer. Un moment précieux après de longs mois confinés.
Saint-Pierre-la-Mer - Pour certains d'entre eux, ces vacances, sont les premières depuis plus de vingt ans - 01.07.21
Saint-Pierre-la-Mer - Pour certains d'entre eux, ces vacances, sont les premières depuis plus de vingt ans - 01.07.21 © FTV - F. Guibal

Ils les attendaient avec impatience... Les vacances ! Après de longues semaines de confinement, une centaine de seniors de la région vont pouvoir en profiter grâce à l'association "Les petits frères des pauvres". 

Chaque année, cette dernière organise des séjours à destination des personnes vulnérables. Une mission devenue aujourd'hui vitale après la crise sanitaire qui a creusé encore plus les inégalités. 

Des activités à destination des plus démunis

Cette semaine, c'est à Saint-Pierre-la-Mer, dans l'Aude, que le groupe a posé ses valises. Maria est heureuse, depuis trois jours, cette non-voyante peut profiter du bon air de la mer. "Je ne suis pas partie l’année dernière, ça n’allait pas du tout. Cette année, il fallait que je parte", exprime-t-elle. Les vacances (hébergement, nourriture...), sont entièrement organisées et encadrées par l'association.

Depuis 1946, "Les petits frères des pauvres", œuvre aux côtés des plus démunis. Vacances, Noël, sorties culturelles, elle organise régulièrement des activités à destination des personnes âgées. L'objectif : leur offrir un moment de détente, d'évasion dans un quotidien bien souvent difficile. 

Créer du lien social

Patrick, ancien SDF, apprécie la joie simple d'une baignade dans la mer. "Ça faisait 20 ans que je n’avais pas nagé, que je n’avais pas vu la mer", confie-t-il.

Pour d'autres, ces vacances sont les premières depuis plus de vingt ans. Plus que le confort matériel, c'est le caractère collectif qui séduit le groupe, l'occasion pour certains de faire des rencontres. 

Ils n'ont plus de lien avec la famille. Ils sont seuls, isolés et souvent dans la précarité.

Sylvie Lacor, bénévole aux Petits frères des pauvres

Selon le dernier rapport publié en mars dernier par l'association, les personnes âgées, isolées et aux revenus modestes, sont celles qui ont été les plus impactées par la crise.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vacances sorties et loisirs solidarité société vie associative économie