Les taxis de l'Aude manifestent à Port-la-Nouvelle contre les prix du carburant "C'est devenu invivable"

Publié le

Ce mercredi matin, une vingtaine de taxis indépendants audois se sont rassemblés à Port-la-Nouvelle, près de Narbonne. Ils protestent contre la flambée des prix du carburant.

Deux kilomètres de bouchons, au plus fort du dérangement : c'est la principale conséquence du barrage filtrant mis en place à l'entrée de Port-la-Nouvelle par une vingtaine de taxiteurs audois.

Ils avaient choisi de ne pas bloquer complètement la circulation, mais distribuaient des tracts aux automobilistes et leur expliquaient leur action : "Bonjour, les taxis de l'Aude contre la hausse des carburants puisque tout le monde est concerné", pouvait-on entendre. Une manifestation sous l'œil attentif des nombreux gendarmes déployés.

300 taxis dans l'Aude

Le département de l'Aude compte 300 professionnels. Et l'inquiétude est palpable chez ces artisans de la route et du service : "La hausse du carburant pour nous, ça représente, suivant les voitures entre 600 et 800 euros de plus de gasoil par mois. C'est invivable. On est tous des indépendants et on a pas des trésoreries à rallonge", explique Sébastien Szczutkowski, un chauffeur de Narbonne.

Le gouvernement a déjà fait un geste en direction de la profession, en augmentant les tarifs des courses de 3,5%, la semaine dernière. Pas satisfaisant pour Denis Lenhardt, le représentant des taxis de l'Aude.

"Qui c'est qui passe à la caisse à la fin ? C'est le consommateur. Et c'est l'Etat qui continue à prendre des taxes et qui prend de plus en plus de taxe".

Denis Lenhardt, représentant des taxis de l'Aude.

Une action en forme de coup de semonce. Port-la-Nouvelle n'a pas été choisie au hasard. La commune accueille en effet un important site de stockage de produits pétroliers, cible régulière de manifestants.

Une délégation de représentants des taxis a été reçue en fin de matinée à la sous-préfecture de Narbonne. Ils ont demandé une baisse des prix et des taxes sur le carburant ainsi que le retour à une TVA à 5,5% pour leur activité.

Les professionnels ont déjà prévenu : sans geste du gouvernement, ils envisagent d'ores et déjà d'organiser de nouvelles mobilisations dans les jours et semaines à venir.