• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Scandale de la viande de cheval : les parties civiles réclament 30 à 40 millions d’euros de dommages et intérêts

Les avocats de la partie civile ont demandé de fortes sommes de dédommagement pour le préjudice subi par leurs clients / © J.Sanna. F3LR
Les avocats de la partie civile ont demandé de fortes sommes de dédommagement pour le préjudice subi par leurs clients / © J.Sanna. F3LR

Les plaidoiries des parties civiles se sont succédé aujourd'hui, parmi lesquelles des sociétés (Tavola) qui ont fabriqué des plats cuisinés pour des grandes enseignes et les grandes enseignes elles-mêmes : Carrefour, Findus, Picard…Picard, dont l’avocat a ouvert les hostilités.

Par Josette Sanna

Sur les 9 avocats qui se serrent sur les bancs des parties civiles d’une salle d’audience aussi glaciale qu’un camion frigorifique, Michel Ayache est est le premier à ouvrir les hostilités.
Il défend la société Picard Surgelés. De la viande de cheval provenant de la société Spanghero s’est retrouvée dans ses lasagnes. Lorsque le scandale a éclaté, Picard a du retirer toutes ses préparations à base de viande de bœuf de ses 882 magasins à travers toute la France.


Préjudice considérable


Dans une plaidoierie implacable, l’avocat détaille le préjudice « considérable » de cette affaire sur la grande distribution, l’industrie de la viande et qui a réveillé des peurs collectives chez le consommateur.
Pour lui Johannes Fasen et Jacques Poujol sont les instigateurs de la fraude. Selon l'avocat, ils ont sciemment organisé la fraude et trompé les consommateurs, pour l’appât du gain, des arguments souvent repris par ses confrères de la partie civile.
"Quant à Patrice Monguillon ( l’ancien directeur du site de Castelnaudary) poursuit l'avocat, rien ne le choque, pas même de voir du métal ou du plastique dans la viande !!! 

« On passe de l’espèce chevaline à la viande bovine, et lui, « il a d’autres chats à fouetter »,

ironise l’avocat.


Confiance tahie


Les avocats de la filère bovine ont a leur tour abordé l’impact du scandale sur la confiance des consommateurs.
Me Philippe Dubos a évoqué la plus grande catastrophe de ces dernières années pour la filière. L’avocat a détaillé la manière comment selon lui :
 

« Poujol et son équipe ont créé ce marasme en mentant sur la traçabilité des produits et ainsi trahi la confiance des consommateurs.
 

Une perte de confiance et des conséquences sur l’image des marques de plats cuisinés reprise par les avocats de Carrefour, Findus


L’impact de l’affaire sur l’emploi


Ce scandale a eu des conséquences catastrophiques sur l’emploi dans l’Aude.
"Appelé pour sauver l’entreprise Spanghero «  à tout prix », Jacques Poujol, par ses pratiques a provoqué le licenciement de 219 personnes au sein de Spanghero", a tonné Me Gilles Biver, avocat du liquidateur de Lur Berri.
Deux autres sociétés, celles qui fournissaient des plats cuisinés (Tavola et Comigel), ne s’en sont pas relevées et ont mis la clé sous la porte. "En deux mois, leur chiffre d’affaires est passé de 10 millions d’euros à 6 millions, puis à 4 millions".
En tout les parties civiles réclament entre 30 et 40 millions d'euros de dommages et intérêts à l'encontre des quatre prévenus.


Et le consommateur ?


Concluant les plaidoieries de la partie civile, Me Frety ( UFC Que choisir), a regretté l'ambiance joyeuse de ce procès "Certes, il n'y a pas mort d'homme" a souri l'avocat,  mais dans cette tromperie on a souvent oublié le consommateur et tout mis en oeuvre  pour lui faire avaler n'importe quoi".
 
Edmond Frety, avocat de UFC Que choisir

Le procès reprend demain à 13h30 avec les réquisitions. Il se terminera mercredi avec les plaidoieries de la défense.
 

Sur le même sujet

"Si une cathédrale brûle, elle est appelée à être rebâtie"

Les + Lus