Réouverture de l’Autoroute A9 après l'intervention des forces de l'ordre à la frontière espagnole

 A 8h00, les CRS interviennent pour débloquer la frontière du Perthus pour tenter de débloquer l'A9.. / © D. Berhault
A 8h00, les CRS interviennent pour débloquer la frontière du Perthus pour tenter de débloquer l'A9.. / © D. Berhault

En raison des manifestations à la frontière espagnole, en soutien aux indépendantistes catalans emprisonnés, l’autoroute A9 est coupée à la circulation entre Narbonne et l’Espagne. Sa réouverture est prévue en milieu d'après-midi.

Par JM avec D. Berhault

Plusieurs centaines de manifestants, soutien des indépendantistes catalans, ont occupé la frontière espagnole et bloqué les accès routiers depuis ce lundi matin 8h30. En raison de ces blocages, le préfet de la zone de défense et de sécurité sud a publié un arrêté de réglementation temporaire de la circulation sur l'autoroute A9. Celle-ci était interdite entre Narbonne et la frontière espagnole depuis lundi 11 novembre au soir, 21 h. Il était demandé aux automobilistes de quitter au plus tôt l'A9. A hauteur de Lézignan, la situation a été très délicate en milieu de matinée. 

Finalement, l'A9 a été rouverte à la circulation à 15h30 dans le sens France / Espagne puis le sera à 16h30 dans le sens Espagne / France.
 
La déviation mise en place par Vinci Autoroutes - 11 novembre 2019 / © Vinci autoroutes
La déviation mise en place par Vinci Autoroutes - 11 novembre 2019 / © Vinci autoroutes
 

CRS et Mossos face aux manifestants

Dès 8h00, mardi 12 novembre, une centaine de CRS sont intervenus pour évacuer les manifestants afin de débloquer la frontière côté français et les Mossos et la Guardia civil côté espagnol. 
 
 

Espagne assis-toi et parlons

A 9h30, les gendarmes français ont fait reculer le milliers de manifestants jusqu’au point de jonction avec l’Espagne. Les manifestants reste toujours pacifiques mais ils sont actuellement pris en sandwich au point de jonction entre la France et l’Espagne avec d’un côté la gendarmerie française et de l’autre la police espagnole. Les manifestants réclament toujours avec leurs banderoles "Espagne assis-toi et parlons".

A 10h, côté espagnol, les forces de l'ordre dégagent une à une les voitures (une cinquantaine au total) qui bloquaient la route. Tsunami democràtic lance un appel à ses sympathisants! "Le Tsunami ne s'arrête pas. Nous appelons tout le monde à occuper La Jonquera." "Nous voulons que le gouvernement espagnol parle avec le gouvernement de la Catalogne et que l'Europe voit que nous avons un problème avec l'Espagne. Nous resterons tant que cel sera nécessaire," explique un manifestant. 

18 ressortissants espagnols interpellés


Peu avant 12h, l'autoroute était libérée des manifestants. 18 ressortissants espagnols ont été interpellés par les forces de sécurité françaises. Mais elle était toujours fermée à la circulation car la chaussée doit être nettoyer. "Vinci autoroute effectue, désormais, les opérations nécessaires de dégagement des obstacles et de réparation des dégradations commises afin de sécuriser l’axe autoroutier et pouvoir ouvrir l’autoroute dès que possible," explique la Préfecture dans un communiqué. C'est donc le cas depuis 15h30.

 

Mais les difficultés de circulation se sont déportées sur les routes nationales, les manifestants ayant appelé à se réunir à la Jonquera. La tension était palpable avec certains chauffeurs routiers comme ici lorsqu'un camion tente de passer en force. Les policiers espagnols ont interpellé le conducteur. 
 
 

Protester contre la condamnation de neuf indépendantistes

Ce blocage complet de toute une partie de la circulation dans le sud de la France est un fait rarissime et témoigne de l’ampleur du mouvement citoyen Tsunami Démocratique à l’origine de ce blocage.

L’opération est lancée pour trois jours par le mouvement et devrait donc durer jusqu'à mercredi, les manifestants ont ramené de quoi dormir et se nourrir sur place. L’objectif est de maintenir une pression pour protester contre la condamnation des neufs leaders indépendantistes condamnés le 14 octobre dernier de 9 à 13 ans de prison.


 

Sur le même sujet

Les + Lus