En hausse ou en baisse, plus de 200 espèces d'oiseaux observées pendant 20 ans par la LPO en Occitanie

C'est une première : grâce à un collectif d'associations et des observateurs bénévoles, on en sait plus sur les 209 espèces d'oiseaux que l'on peut voir en Occitanie. Sans surprise, certaines se font rares comme l'hirondelle ou le bruant jaune, d'autres comme le pigeon ramier ont vu leur nombre augmenter de plus de 200% en 20 ans.

Tout commence par des "carrés" et des STOC : le Suivi Temporel des Oiseaux Communs (STOC) est un recensement national et régional basé sur un protocole scientifique. Ainsi les oiseaux sont épiés de la même façon dans le temps et sur un même espace : le "carré" (2x2 km) qui se trouve dans un rayon de 10 km autour du domicile de l'observateur.

209 espèces en Occitanie sous observation

Cette étude que vient de publier un collectif d'associations, dont la LPO, est d'ordre scientifique. Tous les ans, avec le Muséum National d’Histoire Naturelle, ils mettent à jour les indicateurs d’état des populations et des communautés d’oiseaux communs en France métropolitaine grâce aux données collectées par les nombreux volontaires participant au STOC.

Selon les résultats qui viennent d'être publiés pour ces 20 dernières années : "les oiseaux des milieux agricoles diminuent fortement et régulièrement. Ceux des milieux urbains connaissent une diminution similaire. Ceux des milieux forestiers, après avoir fortement régressé se sont stabilisés. Les oiseaux généralistes ont augmenté jusque dans les années 2006 avant de se stabiliser."

Les oiseaux sont donc classés en 4 catégories :

  • spécialistes des milieux agricoles : alouette des champs, buse, caille, faucon crécerelle, perdrix rouge...
  • spécialistes des milieux forestiers : fauvette, grive, mésange, roitelet...
  • spécialistes des milieux urbains : chardonneret, hirondelle, moineau, pie bavarde, rouge-queue, tourterelle...
  • généralistes : corneille, coucou, geai, pigeon ramier, pinson, rossignol...

Ils ont évolué sous l'œil curieux et avisé de 204 observateurs en Occitanie.

L'hirondelle ne fait plus le printemps

Comme partout en France, les espèces le plus souvent citées en Occitanie sont le moineau (13 469 individus), la fauvette à tête noire (13 282), le rossignol philomèle (13 261) ou encore les merles, pinsons, étourneaux et autres pigeons ramiers.

Tous sont des oiseaux communs que l'on peut voir et entendre au printemps. Et parmi ceux qui se font rares : l'hirondelle des fenêtres qui voit sa population diminuer en Occitanie (-42,7 % en 20 ans) comme ailleurs en France et plus largement en Europe. Moins d'insectes volants pour se nourrir, destruction des nids (problèmes de salissures ou lors de travaux) font que la belle hirondelle noire disparaît peu à peu des paysages et de notre environnement.

Encore plus marquée, la chute du bruant jaune : -85,5 % en 20 ans. Il était pourtant incontournable des paysages agricoles des plaines et des collines du Lot, Gers, Tarn ou du Tarn-et-Garonne. Selon ces spécialistes, "les changements de composition des cultures, de leurs rotations et des mosaïques agricoles associées ont probablement autant d’effet sur la dynamique de l’espèce que l’intensification agricole elle-même. Le déclin semble néanmoins aller bien plus vite que la dégradation des habitats naturels."

Un déclin observé partout en France (-58,5%) comme dans le nord de l'Espagne (-60%). Globalement, les espèces familières des milieux agricoles baissent en France (-36%) comme celles des milieux bâtis (-33%). C'est moins flagrant en forêt (-1,9%) alors que les espèces généralistes voient leur population augmenter.

Plus de pigeons ramiers, de roitelets à triple bandeau et de loriots d'Europe

Que vous soyez en ville ou à la campagne, vous l'avez sans doute remarqué : le pigeon est devenu familier. Qu'il soit "biset domestique" (+ 300% sur les vingt dernières années) ou "ramier (+ 237%) les pigeons sont très présents en Occitanie et leur population croît plus vite que dans le reste de la France. Un phénomène qui s'expliquerait par le fait que cette espèce est tout aussi à son aise en ville qu'à la campagne mais aussi par l'augmentation des surfaces en maïs, tournesol et colza et certainement par la succession d’hivers doux.

En forêt, le roitelet à triple bandeau connaît aussi une forte augmentation (+ 78,4% en vingt ans). Contrairement à son cousin (le roitelet huppé en déclin), cette espèce s'accommode d'un climat plus méridional ; le réchauffement climatique est donc son allié.

Citons enfin le loriot d'Europe qui apprécie lui aussi les températures un peu plus élevées. S'il stagne en France, sa présence a progressé de 88,7% en Occitanie. 11 espèces ont des populations qui se portent mieux en Occitanie que sur le reste du territoire et 9 se portent moins bien en Occitanie.

Entre réchauffement climatique et intensification de l'agriculture, les populations d'oiseaux changent sur plusieurs décennies. L'utilisation de pesticides et d'engrais a un impact très fort sur la présence des espèces insectivores.

L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Nature" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité