Les postiers du bassin de Decazeville en grève face à une menace de suppression de postes

Une cinquantaine de personnes, postiers et usagers, sont rassemblées devant le centre de distribution de courrier de Aubin-Decazeville, ce mardi 9 mars, pour dénoncer la suppression d’une quinzaine d’emplois.

La direction de La Poste prévoit de supprimer entre 13 et 17 postes sur le site d'Aubin.
La direction de La Poste prévoit de supprimer entre 13 et 17 postes sur le site d'Aubin. © Rouzane Avanissian / FTV

Le feu est allumé devant le centre de La Poste d’Aubin. Depuis ce matin, les postiers sont en grève pour protester contre un plan de réorganisation en cours, visant à supprimer 13 emplois selon la direction, entre 13 et 17 selon la CGT. Ils sont une cinquantaine, des postiers mais aussi des usagers venus les soutenir.

Les postiers du bassin de Decazeville, qui desservent une vingtaine de communes de l’Ouest Aveyron, sont très remontés et le dialogue avec la direction semble être rompu. Laurence Cahors, secrétaire départementale de CGT La Poste dénonce une absence de volonté de négociation de la part de la direction :

On a un directeur qui souhaite faire table rase de tous nos acquis depuis 13 ans. On est en colère, parce qu’on a fait beaucoup de propositions et qu’elles ont toutes été refusées, on a l’impression qu’il y a une volonté de créer le chaos dans un bassin qui est déjà très impacté économiquement.

Laurence Cahors, secrétaire départementale CGT La Poste

" Des chiffres tronqués à cause de la Covid "

Les salariés avaient demandé le gel de la réorganisation du service, pour considérer l’impact de la crise sanitaire sur l’activité de La Poste.

Pour justifier la réorganisation, la direction se fonde sur des chiffres qui sont tronqués à cause de la Covid. Depuis le début de l’épidémie, on constate une forte hausse des colis et une baisse des courrier. Mais comment ça se passera demain ? On ne sait pas.

Laurence Cahors, secrétaire départementale CGT La Poste

«  Il ne faut pas oublier que derrière cette réorganisation, ce sont des familles, des emplois dans un bassin déjà très fragile », ajoute Laurence Cahors.

Selon le collectif « Tous Ensemble Pour le Bassin » présent sur place, le directeur de l’usine serait bloqué à l’intérieur avec une assistante. Les salariés ne comptent par les laisser sortir avant que des négociations soient ouvertes
Selon le collectif « Tous Ensemble Pour le Bassin » présent sur place, le directeur de l’usine serait bloqué à l’intérieur avec une assistante. Les salariés ne comptent par les laisser sortir avant que des négociations soient ouvertes © Clement Alet / FTV

La mobilisation pour sauver les emplois à La Poste avait débuté hier, lundi 8 mars. Près de soixante personnes, des usagers dont des salariés de la Sam de Viviez, et des élus notamment aubinois, avaient bloqué la sortie des véhicules des postiers du centre d’Aubin.

"La nouvelle organisation se fera sans licenciement", répond la direction 

Selon la direction de La Poste « aujourd'hui, [...] 54% du personnel était au travail sur la plateforme services-courrier-colis d’Aubin-Decazeville. Pour le deuxième jour consécutif, des personnes étrangères à l’entreprise ont bloqué l’accès au site. La Poste a mis tout en œuvre pour limiter au maximum l’impact de ce blocage sur ses clients. Si quelques tournées, dont celles dédiées aux entreprises, ont pu être assurées, l’ensemble de la distribution des courriers et colis a été fortement perturbé dans le bassin. La Poste condamne ce type de pratiques qui porte atteinte à son personnel et ses clients. Elle a de nouveau fait constater les faits.

Concernant le projet d’organisation du site d’Aubin, une nouvelle rencontre est programmée demain matin avec les partenaires sociaux. »

La nouvelle organisation se fera sans licenciement et en conservant à chaque postier sa place sur la plateforme. Il n’y aura absolument aucun impact pour les clients et le facteur continuera de passer, conformément à sa mission de service public, 6 jours sur 7.

la direction de La Poste

Dans un communiqué de la veille, la direction declarait : « L’enjeu pour La Poste est d’adapter son fonctionnement à l’évolution à la baisse de son métier historique de distribution du courrier : moins 48 % à Aubin-Decazeville depuis la dernière réorganisation en 2011 … »

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève économie social manifestation