RENCONTRE. Qui est Matthieu Hède, potentiel repreneur de la fonderie SAM ?

Matthieu Hède pourrait reprendre la SAM. Dirigeant d'un groupe réparti sur six sites industriels. Il entend bien relancer la fonderie de l'Aveyron. Quel est son plan ? Combien d'emplois à la clé ? Entretien.

C'est à Vayrac, dans le Lot que nous avons rencontré celui qui incarne désormais l'espoir d'une reprise d'activité au sein de la SAM, la Société aveyronnaise de métallurgie. Il est le patron du groupe MH Industries. Son nom : Matthieu Hède. Ce dirigeant lotois est un possible repreneur de la fonderie, dont la cessation d'activité a été prononcée le 26 novembre 2021.

"Un attachement un peu particulier à ce dossier"

Le site historique de MH Industries est situé à Vayrac dans le Lot. L'entreprise a été créée en 1977 par les parents de Matthieu Hède. "C'est une fonderie d'aluminium sous pression, gravité et usinage. Une activité assez similaire à celle de l'ancienne SAM". Mais dans le passé, les deux fonderies ont réellement été nouées, nous révèle-t-il. "Dans les premières années, mes parents ont été sous-traitants d'autres fondeurs, et notamment de la SAM". 

Pendant plusieurs dizaines d'années, ils ont été fournisseurs de la SAM... Et c'est vrai qu'à titre personnel, j'ai un attachement un peu particulier à ce dossier.

Matthieu Hède

PDG de MH Industries

Depuis, les fonderies sont de moins en moins nombreuses en France. L'éventuel repreneur de la SAM en convient. Alors, quel est le plan pour sauver l'activité et les emplois à Viviez ?

 "Sortir de la dépendance mono marché, mono client"

Matthieu Hède dit ne pas avoir d'idée précise quant à l'activité qui pourrait être développée avec les anciens salariés de la SAM. Mais une chose est sûre, le dirigeant entend "sortir de cette dépendance mono marché, mono client de l'ancienne SAM, en y développant l'activité très diversifiée" de son groupe. La fonderie aveyronnaise n'avait en effet qu'un seul client : Renault.

MH Industries, aujourd'hui, regroupe six sites industriels, dont un en Espagne. Le groupe compte près de 600 clients, dans différents secteurs d'activités. "Notre force : être diversifié", affirme Matthieu Hède.

Aucun secteur d'activité ne fait plus de 25% de notre chiffre d'affaires. Aucun client ne fait plus de 12%. Et sur nos 20 plus gros clients, on a 5-6 secteurs d'activité différents.

Matthieu Hède

PDG de MH Industries

MH Industries emploie 320 personnes, et son chiffre d'affaires avoisine les 30 millions d'euros.

Combien d'emplois maintenus à la SAM ?

Là encore, le potentiel repreneur de la fonderie ne peut répondre avec précision. Trop tôt pour avancer des chiffres. En revanche, Matthieu Hède annonce que l'accompagnement de la Région et l'Etat a été acté pour réaliser "une étude préalable qui devrait durer à peu près 6 mois". Mais le dirigeant Lotois se montre particulièrement affirmatif en ce qui concerne son voeu d'assurer une reprise d'activité à la SAM. 

Le PDG, qui s'est rendu sur site au mois de novembre 2021, dit avoir rencontré sur le bassin de Viviers "énormément de personnes qui sont fières de travailler en usine. Et ce, depuis plusieurs générations". C'est un atout. "Une formidable opportunité pour notre groupe de compléter une offre très généraliste, avec énormément de compétences et de ressources humaines disponibles."

MH Industries est aujourd'hui basé à Albi, dans le Tarn. Le site, dédié à la peinture et au traitement de surface, compte près de 105 personnes. Et celui de Veyrac, 110 salariés environ.

Gros site de peinture et traitement de surface à Albi : près de 105 personnes. A Vayrac, 110 salariés environ. S'il reprend la SAM, Matthieu Hède pourrait alors continuer à faire grossir son groupe. "Notre idée, c'est de doubler de taille tous les trois ans".

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité