Reprise chaotique du train de nuit Rodez-Paris : 50 suppressions depuis juillet et les nouveaux horaires font de nombreux mécontents

Depuis plusieurs jours, le train de nuit Rodez-Paris était à l'arrêt avant de reprendre du service lundi 11 décembre. Selon la CGT de Rodez, il s'agirait pas moins de 50 suppressions depuis le mois de juillet hors motif de conflit social. Un problème récurrent qui ne laisse pas beaucoup d'alternatives aux Aveyronnais pour se déplacer avec les transports en commun.

Il s'était arrêté à Albi (Tarn) le 3 décembre 2023 à cause d'une locomotive défaillante. Depuis, plus de nouvelles dans les gares desservies par le train de nuit circulant entre Rodez (Aveyron) et Paris (Ile-de-France). Petit miracle, il est revenu en gare lundi 11 décembre au petit matin. Le jour même où le train intercités Paris-Aurillac était relancé durant la nuit après 20 ans d'inactivité.

Le retour des trains de nuit

Des associations se sont battues, le gouvernement l'avait promis, Jean Castex alors Premier ministre s'y était engagé, voilà que le train de nuit ralliant Aurillac (Cantal) à Paris-Austerlitz refait son apparition après 20 ans d'abandon pour cause de rentabilité. Le premier train parti de la gare d'Austerlitz dimanche soir est arrivé ce lundi vers 7h15 dans le Cantal. Presque un miracle, lorsque l'on sait qu'un autre train du soir ne cesse de connaître de nombreuses déprogrammations.

Depuis plus de 10 jours, les voyageurs du train Rodez-Paris ont dû trouver d'autres solutions. Le train est tombé en panne à Albi et ce n'est que lundi 11 décembre dans la mâtinée que le trafic a pu reprendre. 

Pour la CGT cheminots de Rodez, "cette situation est inadmissible pour nos usagers et source de tensions avec les personnels au contact de voyageurs. Cela ne peut plus durer. Il est urgent que la direction d’Intercité et l’Etat (Autorité organisatrice) se préoccupent de ce train indispensable à l’aménagement de notre territoire et de l’organisation de sa production". 

Problème de personnel sur place et de maintenance du matériel (locomotives et voitures qui se font à Bordeaux ou Rouen pour les premières et à Paris pour les secondes). Pour Frédéric Konefal de la CGT Cheminots Rodez, la situation n'est plus possible. "On a l’impression qu’il ne s’est rien passé. 15 jours d'arrêt, c’est inadmissible. On doit pouvoir être plus réactif. Les conducteurs sont tous regroupés à Brive. Il faut les faire venir à Rodez et ce n’est pas simple, mais on pourrait aussi les former à Rodez. La direction veut tout concentrer à Brive depuis que l’entreprise a été découpée en plusieurs services."

Un retour fragile et avec de nouveaux horaires

Ce retour est donc fragile, d'autant plus que des gros travaux sont en cours sur la ligne POLT (Paris Orléans Limoges Toulouse) après les annonces faites par le Ministre en charge des transports Clément Beaune, signe d'un regain d'intérêt de l'Etat. La ligne Paris-Orléans-Limoges-Toulouse (POLT) a été délaissée par la SNCF pour laisser place au TGV. Les 713 kilomètres de voies ferrées du POLT ont vieilli, les voitures corail et les gares aussi. Le Ministre a déclaré que ce type de ligne était désormais "une priorité", avec des fonds à la clé.

En raison de travaux commencés il y a déjà fort longtemps, le train de nuit Rodez-Paris subit déjà des horaires dégradés certains jours quand il n'est pas tout simplement supprimé. "Les causes sont multiples, précise Frédéric Konefal : défaillance du matériel, absence de personnel, les travaux sur les voies ferrées et à Paris... Beaucoup de choses impactent alors que c’est essentiel pour notre territoire, on n’a pas beaucoup d’autres solutions. Avant, nous avions 4 voitures, il n'y en a plus que 3. Et avec ces nouveaux horaires, beaucoup de gens ne peuvent plus être à l'heure pour leur travail à Paris ou quand il faut prendre des correspondances. Maintenant, on voit des Aveyronnais prendre le train jusqu'à Toulouse pour prendre les Inter-Cités depuis la gare Matabiau jusqu'à Paris pour pouvoir être à l'heure. C'est une aberration." 

Le train de nuit Rodez-Paris arrivait auparavant à 7h à Austerlitz ; c'est désormais 8h31 (et même 9h31 le week-end) ce qui peut poser évidemment beaucoup de problèmes pour ceux qui commencent leur travail à 8h et même à 9h. Le soir, il repart de Paris à 19h27 (18h51 le week-end) au lieu de 21h40 avec là aussi, de la gêne générée. 

Pas spécialement des bonnes nouvelles pour les Aveyronnais, au moment où beaucoup de questions se posent sur la survie de la ligne aérienne Rodez-Paris qui assure un aller et un retour quotidiennement. Le groupe aveyronnais Amelia doit quitter le tarmac aveyronnais le 19 janvier 2024 et pour l'heure son remplaçant n'est toujours pas désigné.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Occitanie
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité