• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SOCIÉTÉ
  • SPORT

Béziers : Robert Ménard annonce qu'il veut quitter l'agglomération

 Robert Ménard annonce aux journalistes qu'il veut quitter l'agglomération / © Alexandre Grellier
Robert Ménard annonce aux journalistes qu'il veut quitter l'agglomération / © Alexandre Grellier

Info ou intox ? Le maire annonce que Béziers va quitter l’agglo faute d'obtenir la 1ère vice-présidence. A 3 jours du conseil d'agglomération de Béziers Méditerranée, Robert Ménard veut peut-être peser sur les tractations mais le retrait de Béziers n’est pas du ressort du maire.

Par Sylvie BONNET et Alexandre GRELLIER


La conférence de presse faisait miroiter aux journalistes une information importante. Ce vendredi Robert Ménard a brandi la menace d’un retrait de Béziers, la ville principale, de l’agglomération Béziers Méditerranée.  Il motive cette décision par le refus du président, Frédéric Lacas, de lui accorder la 1ère vice-présidence et la délégation à l'eau, aux finances et aux ordures ménagères.
Pourquoi une telle annonce alors que le maire de Béziers sait pertinemment que la décision de changement d’agglomération ne lui appartient pas?


Un coup de bluff à trois jours du conseil d’agglomération

Lundi prochain à Corneilhan, les membres de Béziers Méditerranée doivent se réunir pour désigner les vices-présidents.  Faute d’avoir remporté le poste de président, Robert Ménard brigue logiquement un poste à la hauteur de l’importance de Béziers parmi les communes environnantes.
Le nouveau président de l’agglomération biterroise, le maire de Sérignan Frédéric Lacas, avait dors et déjà annoncé qu’il désignerait chacun des vices-présidents dans un souci d’équité pour ne rejeter personne. Par la menace d’un retrait, Robert Ménard entend peut-être faire monter les enchères.


Le maire de Béziers n’a aucun pouvoir de décision sur un éventuel départ de l’agglo

Le principe est simple. D'abord la demande de retrait de l'agglo doit être formulée après délibération du conseil municipal. Mais surtout, il faut que les différentes communes d’une agglomération soient d’accord (majorité des 2/3) avec le retrait d’une des communes pour que celle-ci puisse rejoindre une autre communauté de communes.

De plus, c’est le préfet qui détient le pouvoir sur la carte des intercommunalités. En clair, depuis 2010, toutes les communes sont dans l’obligation de rejoindre un groupement de communes. Et c’est le préfet qui juge la pertinence d’un éventuel changement.

Dans le cas de Béziers, la ville aurait, à priori, deux alternatives possibles. La communauté du pays de Thongue ou la Domitienne (à l’ouest de la ville). Or, la communauté du pays de Thongue ne regroupe que des communes rurales parmi lesquelles Béziers n’aurait pas sa place. Quant à l’autre communauté de communes, celle de la Domitienne, elle est présidée par Alain Caralp qui dément à ce jour toute négociation avec Robert Ménard.

Dans tous les cas de figures, l’annonce du maire de Béziers ne semble pas pouvoir être suivie d’effets.

Robert Ménard s'est expliqué sur son annonce, en direct dans le journal de France 3 Languedoc Roussillon.
Robert Ménard en direct du JT
En direct de Béziers, Robert Ménard est revenu en détail sur son annonce de quitter l'agglo.


Parmi les réactions à cette annonce, celle du candidat socialiste aux dernières élections biterroises, Jean-Michel Duplaa.
Réaction du socialiste Jean-Michel Duplaa
Alexandre Grellier et Benoît de Tugny ont interrogé le candidat PS aux dernières élections de Béziers

 

Sur le même sujet

Manifestation du BTP dans le Gard

Les + Lus