Béziers : depuis sa cellule de prison, il escroque par téléphone 80 personnes âgées

Un homme originaire d'Alès, en état de récidive incarcéré à la maison d'arrêt aurait ainsi escroqué 80 personnes, en se faisant passer pour un policier. Il a été entendu cette semaine par les policiers de la sûreté départementale de Nîmes.

Béziers (Hérault) - centre de détention du Gasquinoy - archives
Béziers (Hérault) - centre de détention du Gasquinoy - archives © F3 LR
L'entourloupe avait déjà fonctionné alors pourquoi ne pas recommencer ? C'est peut-être ce que s'est dit cet Alésien de 32 ans soupçonné d'escroquerie envers des personnes âgées.
A la recherche de prénoms possiblement attribués à des personnes nées entre 1930 et 1940,  Paulette, Ginette, Marcelle... il a écumé l'annuaire téléphonique et ainsi appelé des centaines de personnes retraitées.

Faux policier, vrai escroc

En se faisant passer pour un policier lyonnais enquêtant sur... une escroquerie, il a réussi à récupérer les coodonnées bancaires et les numéros de code et de carte de 80 victimes, comme le révèlent nos confrères d'Objectif Gard.

Le faux policier  mais vrai voleur s'est ainsi fait virer sur son compte des sommes d'agent avec lesquelles il a acheté des vêtements de marque qu'il renvendait ensuite en détention. Une information qui nous est confirmée de source policière à la sûreté départementale de Nîmes où l'homme a été entendu. 

Récidiviste

Il nie les faits qui lui sont reprochés. L'escroc présumé serait en état de récidive et soupçonné d'avoir de la même manière volé 200 personnes en 2018 en utilisant le même mode opératoire.

Il a été transféré de la maison d'arrêt de Béziers à celle de Rodez.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
prison justice société faits divers