Carcassonne, Alès : contre la réforme, la CGT organise des retraites... aux flambeaux

A Carcassonne, 200 personnes ont participé à une marche aux flambeaux contre le projet de réforme des retraites le 30 décembre 2019 / © Frédéric Guibal, France 3 Occitanie
A Carcassonne, 200 personnes ont participé à une marche aux flambeaux contre le projet de réforme des retraites le 30 décembre 2019 / © Frédéric Guibal, France 3 Occitanie

A Carcassonne (Aude) et Alès (Gard), la CGT a innové ce 30 décembre 2019 dans sa contestation du projet de réforme des retraites en organisant des retraites... aux flambeaux ! Après un mois de mobilisation, le conflit social semble parti pour durer.

Par Valérie Luxey

Entretenir la flamme de la contestation malgré les fêtes : c'était le but des marches aux flambeaux organisées ce 30 décembre 2019 par la CGT à Carcassonne (Aude) et Alès (Gard) contre le projet gouvernemental de réforme des retraites.
 
Retraite aux flambeaux dans le centre de Carcassonne contre le projet de réforme des retraites, 30 décembre 2019 / © Frédéric Guibal, France 3 Occitanie
Retraite aux flambeaux dans le centre de Carcassonne contre le projet de réforme des retraites, 30 décembre 2019 / © Frédéric Guibal, France 3 Occitanie
 

Mobilisation soutenue mais en baisse


A Carcassonne, 200 personnes ont répondu à l'appel du syndicat qui réclame le retrait du texte. Les manifestants s'étaient donnés rendez-vous devant la gare, symbole de leur détermination.
 

Car après 24 jours de grève, sur les 60 cheminots carcassonnais, une vingtaine cessait encore le travail ce lundi d'après la CGT.
 
Départ de la marche aux flambeaux contre la réforme des retraites devant la gare de Carcassonne, 30 décembre 2019 / © Alexandre Grellier, France 3 Occitanie
Départ de la marche aux flambeaux contre la réforme des retraites devant la gare de Carcassonne, 30 décembre 2019 / © Alexandre Grellier, France 3 Occitanie


La détermination des grévistes


Des grévistes déterminés, même si la participation au mouvement est à la baisse un peu partout, comme l'explique Alain Rousseau, cheminot retraité :
 

Malgré la trève souhaitée par Emmanuel Macron, la mobilisation demeure, celle des cheminots et d'autres corporations, preuve que le mécontentement est fort et que la population nous soutient toujours majoritairement. On réclame le retrait du système de retraite par points et la CGT demande l'amélioration du régime actuel pour les jeunes et les femmes. 

 


Caisse de grève


Avant le départ de la marche, certains manifestants tenaient à soutenir financièrement les grévistes. Plus de 4.500 € ont déjà été récoltés depuis le début du conflit social dans l'Aude.
 

A Alès dans le Gard, le défilé était intersyndical.

 


Manifestation le 31 décembre devant la gare de Perpignan


La retraite aux flambeaux s'est terminée devant la permanence de la députée LREM de Carcassonne Danièle Hérin, après un passage par le centre ville.
 

Ce matin du 31 janvier, avant le passage à la nouvelle année, c'est sur le parvis de la gare de Perpignan (Pyrénées-Orientales) qu'un rassemblement festif autour d'une grillade a lieu à la mi-journée, toujours pour dénoncer le projet de réforme des retraites. La prochaine manifestation nationale est annoncée pour le 09 janvier 2020.

A Montpellier aussi, ce 31 décembre a été marqué par des actions symboliques. Selon l'Agence France Presse (AFP) :

Une centaine d'opposants à la réforme des retraites a mené 2 actions de soutien aux grévistes dans le centre ville avant les vœux du chef de l'Etat Emmanuel Macron. Au 27ème jour de grève, ils se sont tout d'abord rassemblés devant la gare Saint-Roch "en soutien aux cheminots grévistes". Une banderole proclamait "Retraite à points, travail sans fin". 


Les "cadeaux" du chef de l'Etat au pied d'un manège en forme de sapin


Parmi les manifestants se trouvaient des cheminots, des enseignants, des chercheurs, des travailleurs indépendants. Sur la place de la Comédie, ils ont ensuite déballé, au pied d'un manège en forme de sapin, les "cadeaux" que le président fait selon eux à "ses copains" avec la réforme des retraites et sa politique en général. Ils ont ainsi pointé du doigt les "grandes entreprises", "assureurs", et autres "financiers".


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus