CARTE- Evolution de l'épidémie de coronavirus en Occitanie

Des soignants mobilisés 7 jours sur 7, 24 heures sur 24 depuis un mois / © JP-Duntze / FTV
Des soignants mobilisés 7 jours sur 7, 24 heures sur 24 depuis un mois / © JP-Duntze / FTV

Le coronavirus est toujours très actif en France et les mesures de confinement vont se prolonger. Les départements et les régions sont tous plus ou moins touchés. Le point en infographies en Occitanie.

Par Juliette Meurin

L’Occitanie est relativement épargnée par l’épidémie de Coronavirus. 873 patients sont hospitalisés à la date du 16 avril dans les 13 départements de la région. A titre de comparaison, sur le seul département du Nord on compte 934 patients hospitalisés.

Sur la carte ci dessous on peut voir le nombre de patients hospitalisés dans chaque département. Logiquement les hôpitaux de Toulouse et de Montpellier accueillent le plus grand nombre de cas. En raison du bassin de population mais aussi parce qu'il s'agit des villes qui possèdent un CHU. Les CHU sous le contrôle de l'ARS (Agence Régionale de Santé) coordonnent la gestion de l'épidémie. L'objectif est d'éviter la saturation des établissements hospitaliers sur le territoire. Une régulation 24 heures sur 24 a été mise en place.


Le nombre d'hospitalisations est en baisse dans la région

Les courbes en Occitanie se sont inversées. Le nombre de personnes hospitalisées est désormais moins important que le nombre de patients qui ont regagné leur domicile.


Parmi ces malades hospitalisés 254 sont des cas graves qui sont suivis dans un service de réanimation. Les patients doivent être intubés et ventilés pendant au moins deux semaines. La plupart des cas sévères de Covid-19 sont des patients qui souffrent d'autres pathologies (diabète, surpoids, hypertension artérielle). Mais comme on le voit sur l'évolution de la situation sanitaire ci dessous, l'épidémie reste contenue dans notre région. Avec de moins en moins de patients hospitalisés au fil des jours.
 

Des situations inégales selon les départements

Depuis le début de l’épidémie 281 personnes sont décédées dans un établissement de santé de la région Occitanie. 
Les situations restent très différentes selon les départements. Le département de l’Aude a été parmi les premiers touchés dans la région et compte 41 décès à la date du 16 avril.
 


Le virus Covid-19 est arrivé plus tard dans notre région notamment autour de Toulouse. Les mesures de confinement ont probablement eu le temps de faire effet et les hôpitaux ont eu le temps de se préparer. « La vague » que les médecins craignaient n’est pas arrivée.
 
 

Plus de 600 morts par jour en France

L'épidémie de coronavirus a fait au moins 17.920 morts en France depuis début mars, en augmentation de 753 décès en 24 heures, a indiqué jeudi le directeur général de la santé Jérôme Salomon.
Le nombre de patients hospitalisés et de patients graves placés en réanimation sont tous deux de nouveau en baisse (-474 et -209 respectivement), indiquant que "la circulation du virus se stabilise à un niveau élevé", a précisé le numéro 2 du ministère de la Santé.

Sur les décès, 11.060 ont été enregistrés à l'hôpital et 6.860 en établissements médico-sociaux, dont une majorité en maisons de retraites médicalisées (Ehpad).
Le chiffre des patients hospitalisés est en baisse pour le deuxième jour consécutif, à 31.305, avec un solde négatif de 474. Et le chiffre des patients en réanimation, en baisse depuis le 9 avril, s'établit à 6.248, avec un solde négatif de 209. 
Ce chiffre dépasse toujours le nombre de lits de réanimation dont la France disposait avant l'épidémie (environ 5.000) et malgré ces "légères baisses" plusieurs régions connaissent "toujours des tensions" dans les établissements hospitaliers, a souligné M. Salomon.
Interrogé sur le passage d'un éventuel "pic" de l'épidémie, il a répété que, selon les évolutions chiffrées, la situation correspondait à un "plateau", appelant à continuer à respecter confinement et gestes barrière.
 

Des tests pour ceux qui présentent des symptômes à partir du 11 mai

Le président de la République a annoncé ce lundi un début de déconfinement à partir du 11 mai.
La France pourra "tester toute personne présentant des symptômes" et chaque Français devra pouvoir se procurer "un masque grand public", a annoncé Emmanuel Macron.
A cette date, jusqu'à laquelle le confinement "strict" est prolongé, "nous serons en capacité de tester toute personne présentant des symptômes", a affirmé le chef de l'Etat.

"Nous n'allons pas tester toutes les Françaises et tous les Français, ça n'aurait aucun sens. Mais toute personne ayant un symptôme doit pouvoir être testée. Les personnes ayant le virus pourront ainsi être mises en quarantaine, prises en charge et suivies par un médecin", a-t-il ajouté.
En outre, à partir du 11 mai, en "lien avec les maires, l'Etat devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public" pour se protéger et protéger les autres contre le coronavirus, a poursuivi le président de la République.
"Pour les professions les plus exposées et pour certaines situations comme dans les transports en commun, son usage pourrait devenir systématique", a-t-il précisé.
Il faudra bien sûr "continuer à appliquer" les "gestes barrière" (lavage des mains, distanciation sociale, etc.), a-t-il insisté.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus