Chaînes ou pneus hiver obligatoires : le gouvernement annonce une saison de tolérance

Publié le Mis à jour le
Écrit par Julie Valin
L'obligation de pneus "neige" court du 1er novembre au 31 mars.
L'obligation de pneus "neige" court du 1er novembre au 31 mars. © Jean-Marc LOOS/MaxPPP

Mal chaussés mais pas punis cette année : les chaînes, pneus neige ou quatre saisons deviennent obligatoires à partir du 1er novembre dans de nombreuses communes de montagne, mais leur défaut ne sera "pas sanctionné cet hiver", a annoncé le ministère de l'Intérieur.

"Les éventuels manquements à l'obligation de détenir des chaînes à neige dans son coffre ou d'équiper son véhicule de pneus hiver dans les départements concernés ne seront pas sanctionnés cet hiver", a annoncé ce lundi le ministère. "Des opérations d'information et de pédagogie accompagneront la mise en place de ce dispositif dans les prochaines semaines".

Quelques jours avant cette nouvelle obligation pour les usagers des routes de montagne, le gouvernement assouplit sa mise en place. 

Obligatoires du 1er novembre au 31 mars  

La "loi montagne" de décembre 2016 impose aux véhicules légers, utilitaires et camping-cars qui circulent dans ces zones de détenir dans leur coffre soit des dispositifs antidérapants amovibles (chaînes à neige métalliques ou "chaussettes" textiles), permettant d'équiper au moins deux roues motrices, soit d'être équipés de quatre pneus hiver (marqués "M+S", "M.S" ou "M&S").

Les préfets des départements situés dans des massifs montagneux devaient établir avant le 1er novembre, en concertation avec les élus locaux, la liste des communes où un équipement des véhicules devient obligatoire en période hivernale, c'est-à-dire du 1er novembre au 31 mars. Les préfets du Cantal, de la Haute-Loire, de la Haute-Savoie, du Puy-de-Dôme et de Savoie ont pris un arrêté pour la totalité de leur département.

Situations confuses sur les routes

D'autres ont pris des arrêtés concernant seulement certaines communes. Dans les Hautes-Pyrénées, par exemple, 55 communes sur 469 sont concernées par cette obligation, principalement au-dessus de 1.000 mètres d'altitude. L'obligation concerne toute la commune à Viscos, mais prévoit une exception à Adervielle-Pouchergues pour la départementale qui traverse la commune. Plusieurs préfets ont décidé au contraire qu'il n'y aurait pas d'obligation dans leur département, comme dans la Nièvre, "compte tenu des conditions climatiques, de la topographie et des liaisons routières du département", mais aussi en Corrèze, Côte-d'Or, Creuse, Haute-Vienne, Lot, Meurthe-et-Moselle, Saône-et-Loire et Tarn-et-Garonne.

Peu de Français au courant 

Faute d'avoir la liste complète des communes concernées, et alors que les routes verglacées semblent lointaines, beaucoup de Français ignorent encore cette règlementation, qui ne fait qu'étendre une règle déjà en place sur de nombreuses routes dangereuses.
Fin septembre, 65% des automobilistes n'avaient jamais entendu parler de cette obligation, selon une enquête Opinionway réalisée pour le spécialiste du pneu Point-S. 86% des automobilistes jugent cette mesure "trop coûteuse", mais 30% pensent s'équiper cet hiver.

Une nouvelle signalisation doit également être progressivement implantée. Un panneau montrant une montagne, une valise de chaînes et un pneu doit indiquer les entrées et les sorties de zones de montagne où s'applique l'obligation d'équipements hivernaux.
 
Les autocars, autobus et poids lourds sans remorque ni semi-remorque sont soumis aux mêmes obligations. Pour les poids lourds avec remorque ou semi-remorque, ils doivent détenir des chaînes à neige permettant d'équiper au moins deux roues motrices, même s'ils sont équipés de pneus hiver.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.